Vous êtes ici
Accueil > AUTO > VOLVO S90 Pour PDG voulant rouler différent ! par Romain

VOLVO S90 Pour PDG voulant rouler différent ! par Romain

Cette semaine Romain nous parle suédois avec la berline Volvo S90 sortie en 2016.

N’en doutons pas ! Le vaisseau amiral de Göteborg est un vrai condensé de technologie. On y retrouve tous les codes qui font un véhicule haut de standing, comme par exemple des équipements sécuritaires, un style qui ne pique pas les yeux, et une ambiance de bord agréable. Une Volvo stylée qui se retrouve cependant un peu en dessous de ses concurrentes en matière de prestations routières et mécanique. Malgré tout, elle reste redoutable face à ses adversaires. Alors, à vous de juger…

 

Flashback au cœur des années 1990. La Volvo S90, à tirage très limité, est déjà synonyme de luxe et de confort. Lancée en 1996, elle est l’évolution directe de la 960 et sera remplacée par la S80 en 1998. Depuis mi-2016, une nouvelle génération de S90 voit le jour pour le plus grand bonheur des fans de belles suédoises. 

 

I°/ Design : l’identité de Volvo préservée.

 

Deux variantes sont disponibles sur le marché : berline S90 et break V90. C’est le SUV XC90 présenté en 2015 qui lui fournit la plateforme, les moteurs d’origine Volvo, les équipements de connectivité et de sécurité. L’identité Volvo est bien évidemment préservée avec ses feux LED en forme de marteau de Thor qu’on retrouve sur toute la gamme.

Sans aucun doute, cette nouvelle version monte en gamme par rapport à sa devancière S80 qui était pourtant à l’époque, classée en premium. Le design a voulu être aussi flatteur que les Allemandes Audi A6, BMW Série 5 ou Mercedes Classe E, et le résultat final est très réussi. Certains regretteront les optiques arrière disproportionnés pourtant beau et bien dessinés.

 

 

II°/ Un habitacle de PDG.

 

Dans l’habitacle haut de gamme, on note la présence de cuirs clairs surpiqués et des placages de bois qui ferait rêver la plupart des PDG. Car côté modernité, on est servi quel que soit le niveau de finition. L’écran digital prenant place derrière le volant ne nous fera pas dire le contraire. On retrouve la même ambiance que dans le XC90.

              Côté confort, inutile de s’attarder dessus car on est dans une limousine de chez Volvo. On sait que le bien-être est privilégié. Elle est équipée de bons sièges avant qui remplissent la fonction de masseur, ce qui s’avère très pratique lorsque l’on effectue de grands trajets avec un mal de dos. Les places arrière sont royales. L’espace aux jambes est généreux et les adultes apprécieront leur confort. Les seuls points noirs se situeront au niveau de la hauteur du pavillon pour les grands, comme les berlines allemandes, et du volume du coffre (500 litres) se situant parmi les plus mauvais élèves du marché.

III°/ De bonnes performances mais un comportement pas très digne d’un véhicule premium.

 

Deux motorisations sont disponibles dès le lancement : une essence (le T5 et le T6 AWD) et deux Diesel (le D4 et D5 AWD). Une motorisation hybride T8 de 400 ch sera proposée en début d’année 2017, ainsi que le D3 de 150 ch. Mais si vous êtes désireux de prendre la transmission 4 roues motrices, il vous faudra obligatoirement opter pour le bloc essence T6. Disponible à 1 980 €, la suspension pilotée est en option.

          Les performances du 300 ch T6 ne sont pas en reste avec un 0 à 100 km/h en 5.9 secondes pour un poids de 1 799 kg ! Cependant, la boîte ZF8 de la BMW Série 5 est plus intéressante car la boîte de vitesses automatique                8 rapports de la S90 n’a rien à voir avec le premium lorsque l’on augmente le rythme de conduite, une transmission pourtant agréable en conduite coulée.

Autre point noir mais non rédhibitoire, le filtrage de la suspension qui ne gomme pas toutes les inégalités de la route et qui malheureusement, n’est pas digne d’un véhicule premium. L’amortissement ne parvient pas à compenser la grande monte pneumatique qui est en 20 pouces ! Privilégiez donc des roues de 17 ou 18 pouces. Dans les virages, sur route ou dans la ville, la caisse est sensible au roulis malgré la présence de la suspension pilotée.

IV°/ Moins chère que la concurrence.

Selon les prévisions, Volvo devrait écouler peu de véhicules : entre 400 et 500 véhicules par an, alors que les volumes de vente sur ce marché ne dépassent pas les 9 000 berlines par an. Si vous voulez acquérir une S90, il faudra minimum débourser 41 700 € en D3, 54 700 € en milieu de gamme pour le D4, alors que le haut de gamme T6 AWD Inscription Luxe se situe à 71 570 €.

En conclusion, certains ne lui trouveront aucun défaut, d’autres préfèreront les références de la catégorie. Malgré ces imperfections, la S90 a un sacré potentiel et suffira à faire trembler les meilleurs modèles premiums.

 

Texte Romain Orry,  aux manettes de Pleins Phares, tous les 1er vendredi du mois sur Fajet.net. Infos ici.

Photos Volvo média

 

 

One thought on “VOLVO S90 Pour PDG voulant rouler différent ! par Romain

  1. Merci pour cet article. Je suis actuellement à la recherche d’une voiture de ce genre. L’intérieur est chic et élégant, et puis les voitures Volvo ont toujours été de très bonnes qualités

Laisser un commentaire

Top