Vous êtes ici
Accueil > AUTO > TOYOTA YARIS GRMN Gloubi boulga au wasabi !

TOYOTA YARIS GRMN Gloubi boulga au wasabi !

Avec la Toyota Yaris GRMN – alias la GeRMaiNe ! – le Japon décide de lancer le taureau dans l’arène des sportives en transformant la Yaris de base en « GTi ». Le résultat est impressionnant car la vocation du modèle initial, fabriqué à Valenciennes, n’a rien de sportif.

Ce qui est certain, c’est que la GRNM (pour Gazoo Racing Master of Nürburgring) ne manque pas de caractère. Concurrente de la Fiesta ST, les ingénieurs japonais ont préparé un véritable gloubi boulga détonnant. Pour preuve, elle est née d’un simple 1.8 qui équipe les Lotus, d’une boîte 6-rapports issue d’une berline Toyota, de quatre amortisseurs Sachs aux ressorts raccourcis de 30 mm, et de quatre jantes en alu forgé munies d’étriers avant fixes à quatre pistons.

Avec ce petit jouet pour quadragénaire, le Japon est devenu l’Ile aux Enfants ! 400 exemplaires furent destinés à l’Europe dont une vingtaine pour la France, vite écoulés. Un futur collector !

 

I° MOTEUR – A l’ancienne !

Avec la Yaris GRMN, exit le downsizing ou la suralimentation. Tout se fait à l’ancienne ! En effet dans la catégorie des petites sportives, elle est la seule à utiliser un compresseur et non un turbo. Les points communs des deux systèmes d’alimentation sont qu’ils compriment l’air pour l’envoyer à haute pression dans le moteur et ainsi en augmenter les performances. Seulement, le turbo a un temps de charge alors que le compresseur fonctionne dès les bas régimes. Cela suffit-il à justifier les 170 g/km de CO2 rejetés dans l’atmosphère ?

Vient donc se greffer au prix d’achat, 6 300 € de malus écologique qu’il faut ajouter au prix de 30 700 € ! Pour comparaison, comptez 113 € de malus pour une 208 GTi et 613 € pour la Clio RS. D’ailleurs, à cause des normes antipollution très strictes, Opel a décidé de retirer la Corsa OPC du catalogue français en 2018. A croire qu’une malédiction touche le secteur des petites sportives !

 

II° Des performances au top pour un poids Slim Fast.

Avec ses 212 chevaux, la marque au taureau se la joue toréro dans l’arène. Grâce à ses 1 135 kg, elle file aisément à 230 km/h ! Mais pas au-delà, car la vitesse est bridée électroniquement. Elle bat même des records dans la catégorie, se plaçant sur la première marche du podium pour un 0 à 100 km/h en 6.4 secondes.

Mais où se place-t-elle réellement par rapport à la concurrence ? On se rend compte que les 1.6 turbo des rivales ont un pic de couple à partir de 2 000 tr/mn alors qu’une Yaris GRMN dévoile sa fougue sans retenue dès 5 000 tr/mn. Plus on monte dans les tours, plus elle nous montre son caractère bien trempé. Nombreux conducteurs tomberont pour elle !

Quant aux reprises hélas, elles ne sont pas très fameuses ! N’oublions pas cependant que nous devons ses performances honorables au poids contenu de l’auto, la plus légère de sa catégorie.

Lorsque l’on aborde le chapitre du châssis, il déçoit. Sur route, la voiture est ferme en conduite normale ce qui apporte une impression de sécurité. Et plus on la bouscule en conduite sportive, plus le châssis devient souple. Rien de rédhibitoire, mais plus de précision aurait été bienvenue.

 

Pour palier aux pertes de motricité, tout est prévu puisque le différentiel Torsen entre en action en sortie de virage. C’est un peu dommage que le train arrière de la sportive ne décroche pas lorsqu’on la taquine.

IV° CONCLUSION – Un futur collector !

Inutile de courir en concession pour commander la « GeRMaiNe » car elles ont toutes été vendues en 2018. 400 exemplaires étaient disponibles pour l’Europe dont une vingtaine pour la France. Sans doute que la faible diffusion explique le prix exorbitant de 30 700 €, sans oublier évidemment le malus de 6 300 €.

 

Malgré ses quelques défauts, vous tomberez sous le charme. Et même si sa consommation peut grimper au-delà de 12 litres aux 100 km en conduite sportive, la Fiesta ST va avoir du fil à retordre. Cela semble assez normal lorsque l’on sait que ce moteur d’origine Toyota a équipé les Lotus Elise S. Et si vous rêvez d’en détenir un exemplaire, il ne vous reste plus qu’à fouiller le marché de l’occasion en espérant dénicher la perle rare, qui deviendra avant trente ans un collector.

 

Romain ORRY

Retrouvez le sur fajet.net

pour l’émission Pleins-Phares

le 1er vendredi du mois à 17h.

Photos Miss 280 https://www.miss280ch.com/

Laisser un commentaire

Top