Vous êtes ici
Accueil > ESSAIS > Essai : Toyota C-HR Hybride, et si c’était la solution

Essai : Toyota C-HR Hybride, et si c’était la solution

Dans notre monde automobile en pleine mutation un constructeur mise depuis de nombreuses années sur l’hybride, ce constructeur c’est Toyota. Ce géant de l’automobile, numéro 1 mondial est le premier à avoir commercialisé en masse cette technologie avec la Prius en 1997. Depuis, quasiment toute la gamme Toyota est disponible en Hybride. 

Le Toyota C-HR quand à lui est apparu il y a quelques mois dans notre PAF (Paysage automobile français), avec son style dynamique  osé dans une catégorie déjà bien chargée, il ose et propose un look et une personnalité originale. 

La gamme C-HR compte plusieurs motorisations permettant à se SUV de venir bousculer les reines du segment avec des ventes canons !

Avec ses ailes bodybuidées, ses gros phares , ses feux arrières protubérants, sa ligne de toit plongeante et ses poignées de porte arrière dissimulées dans le montant le C-HR ressemble à un coupé haut sur pattes. Le trait est séduisant et le véhicule aborde un look dynamique.

A son bord l’audace continue pour notre plus grand plaisir, les sièges en cuir se montrent accueillant, la finition est irréprochable mis à part une ridicule horloge digne des années 90.

La planche de bord est soignée et le cockpit légérement tourné vers le conducteur invite au décollage de ce vaisseau interplanétaire. Une fois le moteur en route, électrique donc silencieux, on se retrouve dans un paradis pour geek.

A l’arrière les choses peuvent se compliquer selon le gabarit du passager, la forme de la porte peut gêner et une fois à bord l’obscurité choque, même en pleine lumière. La combinaison vitre de taille lilliputienne et teinte foncé rend sombre et gâche un peu le spectacle. 

L’espace est cependant suffisamment généreux aux genoux et à la tête pour loger confortablement deux adultes. Le coffre à 377 litres avec le kit anticrevaison,  fait  partie des plus petits du segment des SUV compacts, les meilleurs dans le domaine parmi ses congénères en offrant plus de 500, le C-HR fait aussi partie des plus courts de la catégorie. Mais soyez rassurés vous pouvez largement partir en vacances ou en week-end.

 

Conduire une C-HR Hybride

 Le C-HR reprend en effet le système hybride de la dernière Prius, le but de ce genre de véhicule est de rouler au maximum en électrique en ville, et force est de constater que l’on se surprend à constamment chercher à rouler ainsi. Le pied droit devient léger et la conduite ne  devient qu’anticipation. Un piège je vous dis !! On se prend au jeu et on devient rapidement addict des différents histogrammes de consommation. La conso devient une obsession et passé les premières sensations déconcertantes du passage au thermique on apprécie réellement l’expérience. 

Son comportement est étonnamment dynamique et mêlé à un gabarit maîtrisé on se plait facilement à son volant, seul bémol la boite CVT  qui semble largué dans les tours. 

En résumé un réel plaisir au volant, une conduite économique, un look ravageur et une vrai solution verte pour l’avenir.

Le modèle essayé avait la finition Distinctive, accessibles à partir de 29 000 €, et compte comme équipements en plus l’avertisseur d’angles morts et de circulation arrière, la peinture bi-ton, les jantes de 18 pouces, les rétroviseurs rabattables électriquement, les sièges avant chauffants, l’aide au stationnement intelligent avec radars de stationnement avant et arrière, accès et démarrage sans clé et vitres arrière sur-teintées le pack. Enfin Premium complète contre 3 000 € les feux avant et arrière à LED, la sellerie cuir, le système audio JBL à neuf haut-parleurs et la navigation.

One thought on “Essai : Toyota C-HR Hybride, et si c’était la solution

Laisser un commentaire

Top