Vous êtes ici
Accueil > AUTO > Test : Nouveau Wrangler, c’est toujours l’aventure

Test : Nouveau Wrangler, c’est toujours l’aventure

 

 

 

 

 

Il y a quelques semaines je partais sur les routes des Cévennes pour tester la nouvelle mouture du mythe Wrangler de Jeep. Beaucoup de changements et toujours autant de plaisir à son volant !

Cette génération revoit sa copie dedans et dehors pour conserver son ADN.

Histoire 

Jeep débute son histoire dans les années 40 en plein milieu de la Seconde Guerre mondiale.  L’armée US a besoin d’un véhicule fiable et démontable (parachutable), la Willys est née. Elle connaitra des dizaines de déclinaisons qu’on appelle les « CJ » pour Civilian Jeep. Il faudra attendre la fin des années 80 pour que Jeep commercialiser une version moderne.

 Toute la difficulté pour Jeep est de présenter une nouvelle génération sans perdre une clientèle de passionnés en conservant le ligne, les capacités tout-terrain et moderniser l’ensemble en y ajoutant technologie et confort.

Niveau look la calandre 7 barrettes évolue légèrement et les clignotants débordent sur les ailes. Le pare-brise s’encline un peu pour plus d’aérodynamisme et les feux arrières changent.

 L’habitacle s’enrichit de matériaux plus cossus et d’un système multimédia Uconnect et de prises USB.

 Coté moteur le 2.2 diesel de 200 ch associé à la boîte auto ZF8 offre des performances très correctes sur routes et en tout-terrain,  grâce à son couple de 450 Nm. Malheureusement, avec des émissions de 195 g de CO2/km le malus est de 10 500 €. Sur mon essai la consommation était en moyenne de 11 l/100 km, mais j’ai beaucoup solliciter l’ensemble. Un 4 cylindre essence 2.0 turbo de 270 ch équipé d’une micro-hybridation avec réseau 48 volts fera son apparition sur notre marché, suivi par une version hybride rechargeable en 2020.

Niveau comportement le Wrangler reste un vrai franchiseur avec un châssis en échelle composé de deux ponts rigides,  les amortisseurs ont été modifiés pour améliorer le confort et les progrès sont flagrants. Son terrain de jeu favori reste la boue et le sable mais le bitume lui convient très bien. 

Selon la finition choisie vous trouverez deux systèmes de transmission intégral. Le premier dispose d’une gamme courte (Sahara), le second plus costaud (Rubicon) propose une réduction de rapport plus forte, un débattement de suspensions plus important, un blocage de différentiel électrique avant et arrière et des barres stabilisatrices dé-connectables. De quoi grimper aux arbres…

 
Le hard-top est démontable intégralement et dispose dorénavant d’un toit souple (en finition Overland), qui coulisse électriquement vers l’arrière (comme sur Fiat 500). 

Le Wrangler reste un aventurier avant tout, prêt à affronter tous les terrains même la route c’est dire si il a évolué dans le bon sens. 

Laisser un commentaire

Top