Vous êtes ici
Accueil > AUTO > Test : Mustang GT, poney express

Test : Mustang GT, poney express

Enfin une Ford sur le blog et pas n’importe laquelle, un morceau d’Amérique, un bout du mythe US qui fait tourner les têtes et qui fait rêver. La Mustang existe en deux versions, EcoBoost avec un 4 cylindres 2,3 litres de 290 ch (à partir de 39 000€) et la version que je vous propose avec un V8 de 450 ch, 527 Nm, à partir de 46 000 €. 

 

Installé à bord de la Mustang l’ambiance nous prend aussitôt aux tripes, même si la qualité perçue n’est pas renversante on se sent bien et l’envie de démarrer le bloc devient urgente. Le bruit si désirable du V8 dessine aussitôt un sourire sur le visage et le pied qui chatouille l’accélérateur vient en rajouter. C’est jouissif, même à l’arrêt, ça promet…

Une fois en route, la boite auto 10 vitesses surprend par sa douceur, la voiture devient civilisée quand on la mène normalement, la boite a tendance à anticiper les changements de rapports mais quand la route se dégage et que l’on écrase l’accélérateur le poney s’énerve et vous catapulte dans un bruit tellement jouissif. Coté comportement le gabarit imposant se fait vite oublier

A l’intérieur les compteurs digitaux sont entièrement paramétrables, ce sont en tout 5 modes de conduites proposés, Normal, Sport, Piste, Pluie et personnel. Chaque configuration agit sur la direction, les suspensions et surtout sur l’échappement. Le volant multifonction et son logo inimitable offre tous les réglages nécessaires, les touches sous l’écran multifonction donnent une ambiance que j’aime beaucoup. Le levier de la boite automatique est élégant tout comme les quelques touches de placage alu. La garde au toit est suffisante même pour les grands gabarits et le confort des sièges Reccaro (option) est remarquable, de quoi envisager de grands voyages en mode cruising.

  

ici cette teinte “Orange Fury” souligne encore plus le look de la Mustang, les feux arrières blancs et la bande noir complètent cette proue si désirable.

Le logo 5.0 sur l’aile avant indique bien qu’ici on est en présence du modèle GT V8.

Le freinage Brembo est efficace et fait oublier le poids de la bête. La conduite sportive ne pose aucun souci et les écarts sont rapidement maîtrisés par l’électronique. D’ailleurs en parlant électronique j’ai oublié que Ford propose un mode silencieux pour contenir le bruit du V8 et rester en bons termes avec son voisinage.

  

Une auto captivante qui propose un rapport prix/performance imbattable et une machine à dessiner des sourires sur le visage des passants comme du conducteur. Tu sais Ford, quand tu fais des voitures comme ça mon petit cœur fait boum !

Laisser un commentaire

Top