Vous êtes ici
Accueil > AUTO > Test : DS4 Crossback avant de passer la main

Test : DS4 Crossback avant de passer la main

Rien de tel qu’un bon roadtrip à l’est pour ce faire une idée d’une voiture. pour se voyage de reconnaissance de notre “Rallye entre vignes et montagnes”, j’avais décidé de tester cette DS4 Crossback, la version au look baroudeuse de la gamme DS4.

Lancée en 2011 la DS4 née sous le chevron c’est émancipée en 2015 pour devenir un modèle de la marque DS. c’est à cette occasion que la firme a décidé de décliner sa compact premium en Crossback pour lui donner un look de baroudeuse tout en conservant son intérieur. Dehors la carrosserie reprend les évolutions dévoilées lors du restylage,  la calandre « DS Wings » révélée sur le concept-car Numéro 9 avec en son centre le logo DS, ainsi que les projecteurs à LED inaugurés sur la DS 3. On retrouve également de nombreux éléments de couleur noire (rétroviseurs, jantes, becquet) mais aussi des barres de toit, des passages de roues et une hauteur de caisse augmentée de 30 mm. Une personnalité plus affirmée que je trouve plutôt sympa. 

Pour profiter au mieux du HDI 120 et de la boite EAT6 direction la Schwartzwald et sa route des crêtes, des dizaines de virages, un ruban nickel et une route large. 

 

Par rapport à la version classique », le choix moteurs de la Crossback  est limité à quatre motorisations avec deux diesels (BlueHDi 120 et 180 ch) et deux essences (1.2 Puretech 130 et 1.6 THP 165 ch) mais c’est bien suffisant. Pour mon trip j’ai choisi la version  BlueHDi 120 ch  à la boîte automatique EAT6 que j’apprécie tant. Ce bloc quatre cylindres qui équipe bon nombre de modèles de PSA délivre un couple de 300 Nm, il se révèle très bluffant et polyvalent. A l’aise dans la circulation il est même capable de jouer quand la route devient sinueuse. Allié à l’excellente boite à 6 rapports l’ensemble fait vraiment le job, j’ai presque honte de vous avouer que j’ai pris mon pied sur les petites routes allemandes avec cette DS4, la tenue de route reste efficace malgré la hauteur de caisse surélevé de 30 mm, le roulis est quasiment inexistant. Qu’importe le flacon… 

En passant j’ai profité d’une autoroute allemande pour tester la vmax de la DS4, je garde la photo du compteur pour moi mais la vitesse max annoncée est réel. 

 

Dans l’habitacle rien n’indique que l’on est dans une version Crossback hormis les tapis de sol ou les seuils de portes. Les changements dus au restyling de 2015 ne sont pas légions et se résume en gros à l’adoption d’un écran tactile 7 pouces, qui améliore grandement l’ergonomie en supprimant 12 boutons. Pour le reste rien ne bouge, la  planche de bord est agréable à regarder avec son instrumentation bleue. Les matériaux sont de bonne qualité hormis un plastique un peu cheap à 2-3 endroits.Mention spéciale au toit panoramique qui rend l’ensemble lumineuse.L’équipement quant à lui est complet et rend vraiment l’auto agréable à vivre au quotidien. 

L’habitabilité reste bonne sans être dingue, les passagers arrières ne doivent pas êtres trop grand et surtout pas trop claustrophobe, les vitres étant fixes. Le coffre de 385 litres permet de partir en vacances tranquillement ou de faire ses course sans craintes. 

Une voiture qui peut se révéler être un bon choix pour rouler différent, moteur et boite assurent une polyvalence qui rend l’ensemble agréable. L’habitacle et l’équipement en font une voiture à vivre même si l’ensemble commence à dater. 

 

Mes + 

  • Look
  • Moteur
  • Boite
  • Luminosité
  • Ambiance

Mes –

  • Encore des plastiques disgracieux (même si c’est vraiment un détail)
  • Equipement qui commence à dater (écran 7″ par exemple)
  • Tarif (entre 28 et 35 000) plus élevés que la concurrence

 

Laisser un commentaire

Top