Vous êtes ici
Accueil > AUTO > Peugeot 208 GTI by Peugeot Sport, l’héritière c’est elle !

Peugeot 208 GTI by Peugeot Sport, l’héritière c’est elle !

Depuis plus de 17 ans j’étais à la recherche de celle qui allait me redonner les sensations et l’ambiance de ma 205 GTI 1.9, puis un matin de printemps j’ai eu (la bonne) l’idée d’emprunter la 208 GTI by Peugeot Sport.

 

Sitôt la porte ouverte l’ambiance me saute aux yeux et me ramène donc plusieurs années en arrière, les tapis rouges signés Peugeot Sport donnent le ton, les prochains jours seront sportifs ou ne seront pas.

Le prise en main de cette 208 se fait en un éclair, les commandes tombent naturellement sous la main, l’équipement est complet mais pas superflue, le poids, toujours le poids. Climatisation manuelle, écran multifonction avec navigation,  multimédia et quelques réglages, ordinateur de bord et c’est tout. Mais l’essentiel est là et c’est bien suffisant, ce dont on a besoin dans cette petite bombinette est ailleurs.

Comme à mon habitude le premier baptême de roues de ma 208 se déroule au rond-point des Champs-Elysées, histoire de mesurer son agilité. Le test est gagné haut la main, je me paye même un second tour, la couleur inédite de mon modèle attire tous les regards dans cette circulation bien triste ou le noir des VTC trust l’horizon. La coupe franche noir mat et bleu donne à la petite Peugeot un look ravageur et menaçant, l’opération séduction est remplie en moins de 10 minutes et moi je n’ai pas encore profité de la belle en plein jour puisque le parking du parc presse Peugeot est au 6 ième sous-sol.  Du coup j’ai l’idée d’aller demander son avis à mon ami Norbert Willman chantre de l’élégance parisienne dont l’avis sera dès plus francs. Je lui parle de la voiture avant de lui montrer, trois jours avant il paradait en Ferrari avec un ami, l’affaire s’annonçait difficile. Mais en voyant le look de ma 208 GTI by PS aussitôt il reconnu que le survêtement lui allait à ravir.

Direction la Gare de Lyon pour récupérer un couple d’ami de retour de week-end, un autre test pour la 208, mes amis sont séduits, c’est une évidence, cette voiture est canon !

Autre test pour notre citadine énervée les bouchons parisiens, ce jour-là notre presque ami Vladimir Poutine, président à vie de la Russie avait décidé de venir en voyage à Paris, franchement Vlad’ quelle mauvaise idée, de nombreux axes fermés pour faciliter le passage du Tsar et du coup une ville complètement bloquée. Le gabarit de la 208 m’a heureusement permis de me sortir de cette galère, l’embrayage assez ferme n’a du coup pas été trop contraignant malgré deux bonnes heures à batailler, un bonheur d’avoir une voiture pas trop longue et toujours prête à s’extirper des bouchons à la moindre sollicitation de l’accélérateur. Autre bonne surprise, la consommation, dans cette enfer, reste bloquée autour de 8 litres.

    Deuxième jour, direction la campagne avec Toma de Saulieu mon compère pour se dégourdir enfin les roues et profiter des capacités de cette Peugeot 208 GTI by PS, avec l’expérience nous avons nos petites routes secrètes, où la circulation est très faible, de quoi faire un maximum de photos et de vidéos sans gêner personne et enchaîner les passages afin d’obtenir le meilleur plan possible.

Enfin le moment de tester le châssis, et sans grande surprise ce châssis est redoutable, chirurgical, la voiture se place au millimètre et réagit exactement comme on l’attend. Couplé au FABULEUX moteur THP 1.6 de 208 cv (Peugeot 208, 208 ch, vous l’avez ?) l’auto est juste incroyable, la boite assure le job sans rechigner, c’est précis et bien étagé. Cette voiture  procure à son conducteur un plaisir incroyable, je n’ai eu de cesse de me répéter : Quel pied ! 

Seulement deux jours au volant de cette voiture est je suis amoureux, il faudra la rendre un jour et cette perspective me fend déjà le cœur. Après une belle journée de test et de nombreux kilomètres il faut penser à faire le plein, mais en ce mois de mai la CGT a encore décidée de compliquer la vie de notre pays, les raffineries de la région parisienne sont bloquées et les stations sont rapidement à sec, les rares stations encore opérationnels sont prises d’assaut.

Après 3h à chercher le précieux carburant je décide de prendre l’autoroute et m’éloigner de la capitale pour faire le plein, bien évidemment je n’ai pas inventé l’eau chaude et je ne suis donc pas le seul à avoir cette idée, me voilà dans une belle file à attendre mon tour, 45 minutes plus tard je me retrouve à la pompe non sans faire la morale à un couple de retraités qui faisaient le plein de 4 bidons de 20 litres. Là encore ma 208 ne passe pas inaperçue et attire les regards, l’ambiance est même conviviale autour de la lionne. 

Le lendemain voyant la situation toujours tendue à la pompe je laisse la 208 tranquille, j’ai besoin de prendre la route et de mon carburant, inutile de risquer la panne. 

Du coup c’est l’occasion de me pencher sur l’intérieur de la voiture et de vous faire apprécier l’ambiance.

Direction la Lorraine pour le week-end, c’est le moment de voir ce que nous promet la 208 GTI sur long trajet. La suspension assez ferme se révèle finalement assez confortable, les sièges baquets assurent un maintient parfait et le moteur permet d’enchaîner les kilomètres facilement, bien évidemment les dépassements ne sont qu’une formalité, mieux on se surprend à guetter le prochain poids-lourd à doubler, un mini filet de gaz suffit à faire disparaître le moindre escargot de la route de son rétro-viseur. Heureusement le régulateur et le limitateur viennent vous aider à ne pas devenir le nouveau Mesrine de la route. Autre bonne nouvelle la consommation devient carrément sympa, autour de 7,5, un rêve quand ma Classe C en consomme le double !

 

Dimanche, le jour de la grande messe automobile et de retrouver celle qui a fait battre mon cœur au siècle dernier.

Rendez-vous est pris avec jipé le président du dynamique club GTI Powers, le club des propriétaires de 205 et 309 GTI et autres dérivées.

Un duel au soleil pour le mythe et sa descendante, une occasion parfaite pour observer les avancées technologiques. Au premier coup d’œil on voit déjà la différence de gabarit, avec les années la GTI a pris du poids, de la largeur et de la longueur. A l’intérieur l’odeur me renvoi aussitôt à mes 25 ans, une 205 GTI cela ne s’oublie pas et je retrouve de suite mes sensations une volant installé. Le moteur n’est pas encore en marche que je suis déjà transporté. Mais inutile de vous en dire plus, l’essai détaillé le la 205 fera l’objet d’un article prochainement.

 

Les deux voitures témoignent d’une même volonté de privilégier le sport au confort même si la 208 se plie à la logique de notre époque, difficile d’imaginer une sportive sans clim ou GPS de nos jours sauf cas très particuliers. Un passage de témoin réussi, un réel plaisir au volant des deux voitures avec deux générations de contraintes techniques et de philosophie. 

 

En résumé la 208 GTI by Peugeot Sport ne ment pas, l’ambiance sportive intérieur comme extérieur ne trompe pas sur l’esprit et les capacités de la voiture, une 208 capable de tout faire, rouler vite, se promener, faire de grands trajets, la ville et faire parler la poudre si besoin. Une voiture rassurante eu comportement impeccable, véritable témoignage de l’histoire de la marque en sport automobile.

 

Les chiffres de la 208 GTI by Peugeot Sport

 0 à 100 km/h en 6,5 s et  1000 m en 26,5 s

Les disques de 323 mm de diamètre et 28 mm d’épaisseur à l’avant sont pincés par des étriers Brembo – signés PEUGEOT Sport – fixes à quatre pistons.

Moteur 1.6 THP 208 ch, boite mécanique à 6 vitesse.

L’ESP et l’antipatinage sont recalibrés, afin d’être moins intrusifs dans la conduite et de libérer de la motricité.

Le centre de gravité abaissé, une géométrie des trains redéfinie.

Pneumatiques Michelin Pilot Super Sport 205/40 ZR 18.

208 GTi by PEUGEOT Sport limite ses émissions de CO2 en cycle mixte à seulement 125g/km. 

Vitesse maximum 230 km/h.

Poids à vide 1160 kg.

Photos Jack S, Toma de Saulieu, Jipé Adam

Drone Toma de Saulieu

Laisser un commentaire

Top