Vous êtes ici
Accueil > 2 roues > Permis moto A2, avec Ducati le plaisir est garanti

Permis moto A2, avec Ducati le plaisir est garanti

Ne reculant devant aucun sacrifice pour te divertir cher lecteur, je suis donc allé tester la gamme Ducati A2 pour répondre à une question essentielle : peut-on prendre du plaisir avec une moto A2 ? 

Au programme : Monster 821, Hypermotard 950 et Supersport. 

Législation A2 

Depuis le 31 mai 2016, un décret concernant les jeunes permis moto A2 oblige chaque futur motard, peu importe l’âge, à passer son permis et à rester  jeune permis  durant deux ans, avec un permis nommé A2, avec un bridage des motos à 35 kw ou 47.5 ch.

Ducati c’est la marque qui inspire sport, ligne racée et compétition mais c’est également une gamme destiné aux jeunes permis avec 47 ch max. 

Hypermotard 950

Je commence donc par celle qui me fait de l’oeil depuis sa sortie, l’Hypermotard. Ce supermotard au Look agressif et sa promesse d’un caractère sportif est une invitation au sport. La recette est simple : guidon large, poids light, gros pneus et moteur performant. A son guidon pas de compromis, même bridée la moto est performante. Chaque feu rouge est l’occasion de renvoyer un conducteur de TMax à ses gammes et de voir son pilote disparaître dans le rétroviseur. Bridage, quel bridage ? vu les performances de l’engin à 47 ch j’ai du mal à imaginer ce que les 114 ch peuvent donner. La moto est très agile, son freinage très rassurant et le compteur TFT très lisible. Une moto qui transforme le moindre agneau en pilote de GP des villes… même en A2. Décidément ce twin est magique et même en une heure j’ai pris un pied de dingue à son guidon. 

 

Monster

C’est un des plus emblématiques modèles produit par la marque de Bologne, le Monster reste encore aujourd’hui un des best-sellers du constructeur. A son guidon le différence de puissance n’est pas flagrante tant que l’on reste en ville, le twin permet de profiter de sa souplesse assez largement et même de rouler assez vite. C’est dès qu’il faut monter dans les tours que le bridage se ressent, les montées en régime sont plus lentes et le compteur de vitesse devient plus paresseux. Hormis cette différence le roadster transalpin reste agréable à mener, maniable, sûr et élégant il fait le bonheur des afficionados de Ducati depuis 25 ans. Bien équipé avec un bel écran TFT complet il permet souvent de rentrer dans la marque.
 

 

Supersport

J’avais gardé le meilleur pour la fin, un peu dubitatif par les conséquences du bridage j’ai décidé de faire quelques tours de roues dans le Bois de Boulogne mais assez vite je me suis rendu compte que cette moto distillait un énorme plaisir même en version A2. Direction le circuit de Montlhéry à 40 kms de là via la N118 puis la N104 afin de la mesurer à un trajet rapide sur un axe très roulant. Une mini répétition d’un road-trip vers le sud en quelques sortes. Même constat que sur les deux autres modèles, dès bas régime la moto marche normalement et ne rechigne absolument pas à l’arsouille. Cerise sur le gâteau, cherry on the cake pour les anglophones, la positon de conduite n’est pas du tout inconfortable, les demis-guidons étant légèrement relevés ce qui permet d’avaler les kilomètres sans trop de difficultés bien à l’abri derrière le carénage. A2 ou pas cette moto distille un bonheur incroyable à celui qui a la chance de la piloter. Je ne vais pas trop m’étendre sur cette Supersport car j’ai décidé de tester quelques jours la version full. J’en frémis d’avance.

Morale de l’histoire

OUI, il est tout à fait possible de prendre du plaisir au guidon d’une moto A2, il est vrai que le bicylindre se prête particulièrement à l’exercice par sa souplesse et sa disponibilité à bas régime. Alors belle bécane et petit moteur font bon ménage, n’hésitez plus !

Plus d’infos sur www.ducati.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top