Vous êtes ici
Accueil > AUTO > JEEP RENEGADE, en route vers les plages de Normandie

JEEP RENEGADE, en route vers les plages de Normandie

Cela faisait un moment que je voulais passer quelques jours à bord du Jeep Renegade. Apparu en 2014 et commercialisé dans une centaine de pays, le Renegade est un succès commercial comme le prouvent ses 135 000 exemplaires vendus dans le monde (gros succès en France). Le Renegade est proposé en essence et en diesel, des motorisations associées à des boîtes de vitesses mécaniques (5 et 6 rapports), à double embrayage ou automatique (9 rapports). Celui qui vient d’être élu SUV CROSSOVER de l’année 2019 offre une multitude de possibilités de personnalisation et surtout un look à croquer non sans rappeler qu’il appartient à la grande famille Jeep grâce à la célèbre calandre. Alors digne ou pas d’arborer le fameux blason ? réponse au cours d’un roadtrip vers la Normandie et ses plages du débarquement où sa célèbre descendante posait les roues un jour de juin 1944. 

J’avais déjà eu la chance de tester les qualités hors-piste du Renegade sur deux Versions Trailhawk. Une première fois sur la piste tout-terrain de Balocco, le célèbre complexe de circuits du groupe FCA en Milan et Turin (Lire l’essai) une claque tant le petit SUV se jouait des difficultés de la piste. Ma seconde prise en main du Renagade avait lieu dans les neiges de la Vallée d’Aoste cet hiver (les images ici). J’étais donc convaincu des ses capacités hors du bitumes et de la présence des gênes de la marque mais il m’en fallait plus. 

C’est donc un Jeep Renegade moteur diesel 1.6 120 ch deux roues motrices qui allait m’accompagner vers Omaha Beach via la Nationale 13 histoire de profiter du paysage et des 80 km/h (rire). 

A BORD

A bord du Renegade on retrouve l’ambiance des autres autres véhicules de la marque, logos, dessins, 1941 les clins d’œil au passé sont légion. La qualité des matériaux est dans les standards de la marque et on se sent de suite bien à bord. La cousine éloigné de la Fiat 500 X offre ici dans cette version Limited tout le nécessaire et une belle sellerie cuir Polar Plunge. L’écran de 8″4 tactile tombe naturellement sous la main, j’avoue avoir rencontré des difficultés avec le GPS mais c’est un détail. Au niveau de l’équipement on retrouve dans cette version  la caméra de recul, les capteurs de stationnement avant, le système anticollision, le volant gainé cuir, le capteur de pluie, la reconnaissance des panneaux, les jantes 17″, la clim bizone… bref la liste est longue. 

La position de conduite est agréable, les commandes tombent sous la main et les rangements nombreux et malin. Le rappel du GPS entre les compteur tombe à point pour ne rien louper de la route et de ses nombreux pièges (comprendre radar). Le Renegade est une invitation au voyage et à sortir des chemins battus même si ce n’est ici qu’une version deux-roues motrices.

Ce moment où je repère un chemin !

Un œil sur la consommation, 6,7 litres/100 c’est dans la moyenne et je sais déjà que le week-end ne sera pas ruiné par une conso excessive.

Deux heures de route plus tard et j’approche de la mer, aucun soucis avec le confort, j’ai apprécié le large toit ouvrant et la position de conduite.

MOTEUR

Loin d’être un foudre de guerre ce 120 ch ne démérite pourtant pas, un peu bruyant (peut-être aussi que je n’ai plus l’habitude) au ralenti il offre tout de même de bonnes reprises et ne rechigne pas à mener la masse de 1465 kg. A rythme soutenu on note quelques mouvements de caisse mais rien de grave, et finalement on ne lui demande pas ce genre de chose. 

Après avoir flâné au bord de mer direction Station 70, le Musée de la Nationale 13, et Luc son sympathique propriétaire accompagné par mon ami Niko. Un article sur Station 70 sera d’ailleurs à retrouver dans le prochain numéro de Rétro Passion Automobiles. 

De gauche à droite Niko, Luc et bibi

Un endroit incroyable à visiter à Osmanville, une véritable plongée dans ses souvenirs d’enfance. 

Retour au volant du Renagade, malgré la version 4X2 il ne rechigne pas à prendre les chemins de bord de mer, encore une fois malgré le revêtement dégradé il reste plutôt confortable. 

 

Non pas de parapente de prévu pour le team Niko/Jack mais avec un coffre de 350 litres (jusque 1290 litres) aucun problème pour charger une voile, des bagages, un vélo ou pire…deux bloggers.

Une fois la photo avec le parapente terminé nous en route pour le Cimetière Américain de Omah beach à quelques jours du DDAY 75. 

Un lieu chargé d’histoire qui impose le respect,  et qui témoigne de l’horreur de la guerre avec ses milliers de tombes de jeunes américains, de souvent moins de 20 ans, qui n’auront connus du pays qu’ils venaient libérer, que le sable d’une plage à la couleur du sang de leurs camarades. 6000 américains perdront la vie le jour J.

Après cette visite poignante direction un autre lieu chargé de mémoire, la Pointe du Hoc avec ses bunkers et ses innombrables impacts de bombes qui ont défigurés le paysage à jamais. 

Retour sur les routes du bord de mer et direction l’un des nombreux autres lieux qui témoignent du passé sanglant de la région pour retrouver la Jeep Willis, l’une des nombreux exemplaires encore présente dans la région comme bien d’autres véhicules de l’armée US.

On estime à 200 000 le nombre de véhicules alliés de toutes sortes débarqués en Normandie le 6 juin 1944 à minuit.

L’air de famille est quand même là avec la calandre sept barres malgré les nombreuses décennies qui séparent les deux véhiculent. 

Retour à bord du Renegade, on apprécie son gabarit contenu, idéal pour se balader et flâner à la recherche d’une crique ou d’un spot photo sympa. Contrairement à ce que j’avais lu je n’ai pas été gêné par les larges montants de pare-brise pour manœuvrer, la caméra de recul fait bien le job d’ailleurs. 

Ce Renegade est bien digne de porter la marque Jeep, bien loin de sa cousine 500X il vient se mesurer à quelques cadors de la catégorie avec succès. Une auto bien faite, très agréable à rouler et avec une personnalité bien marquée. 

Merci à la famille Laperruque pour l’accueil chaleureux, Luc de Station 70 pour ce retour en enfance. 

Making off : 

2 thoughts on “JEEP RENEGADE, en route vers les plages de Normandie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top