You are here
Home > AUTO

Histoire, la Peugeot 201

 

Peugeot 201

Une place à part que cette 201 : premiere Peugeot a avoir le numéro avec le 0 central, elle ouvre aussi une certaine voie de modernite pour la marque au lion.

Débuts

Fin des années 20, Peugeot décide de sortir un nouveau véhicule, plutôt petit, permettant de se déplacer facilement en ville. La 201 est conçue dans cette esprit, et est dévoilée en 1929, en plein crach boursier. Cette voiture est un symbole pour la marque, celle de la fin des querelles entre Le Lion Peugeot et Peugeot Freres.

18 mois s’écoulent entre la mise en page du projet, et la production, ce qui est court. Et cette mise en production se fait industrielle, avec une nouvelle chaine de montage de 2km de long. Cela permet d’augmenter la cadence de travail, et donc de réduire les couts de production et par conséquent les couts de vente.

Lancée comme la voiture la plus économe du monde en 1929, elle va profiter du crach boursier pour se faire une belle place, et de conquérir le public. Bonne aubaine pour une marque qui en avait besoin.

Carrière

Dès mars 1930, Peugeot enregistre déjà 5000 commandes, et les cadences de production augmentent sans cesse. Les clients se pressent et pour les satisfaire, l marque construit meme de nouvelles succursales : le succes est donc total !!

La gamme s’élargit assez vite, avec en 1931 une série spéciale équipée d’un moteur Bugatti de 994cm3. Une version Confort apparait en 1932 avec pour la premiere fois dans le monde, des roues avant indépendantes. Une version économique est mise sur le marche (Rapide), ainsi que des versions sport (S et CS, reservées à la compétition, avec un moteur de 1034cm3).

En 1933, le chassis Bloctube fait son apparition, qui est mieux adapté pour les roues avant indépendantes. Ces versions auront donc la dénomination 201B.

En 1934 et 1935, d’importants restylages ont lieu, avec les phares obus, une calande redessinée, des ailes enveloppantes, mais surtout la fameuse queue de castor qui envahit le catalogue Peugeot.

Après un dernier restylage en 1936, la 201 tire sa révérence en 1937.

Révolution de palais

Alors que les ventes des constructeurs ont baissé de 38%, Peugeot augmente les siennes de 35%, grâce à une nouvelle méthode de travail importée des États-Unis. Ainsi, le constructeur engendre 26% de profits sur chaque véhicule!

Les raisons du succès? Un confort nettement supérieur au standard de l’époque grâce à l’adoption de roues avant indépendantes à ressort transversal qui pouvait recevoir des pneus ballon à basse pression. Le moteur de 1122 cm3 (23ch) à soupapes latérales est robuste et fiable, capable de tourner à 3500 tr/min, (un régime moteur élevé pour une voiture de série) et capable de rouler jusqu’à 85 km/h

Grâce à sa boite 3 vitesses (choix volontaire des ingénieurs), elle ne consomme que 9 litres/100 km.

Pour le dispositif de freinage, les ingénieurs soucieux de faire des économies hésiteront à l’équiper d’un système de freins sur les quatre roues, mais l’intervention d’André Boilot un ancien pilote de course qui supervise les essais exigera que cette Peugeot 201 soit équipée de 4 freins à tambour.

Bilan

Entre 1929 et 1936, 142 309 exemplaires seront vendus en France, mais aussi à l’internationale en Uruguay, Paraguay, Chili, États-Unis, Canada et le Mexique. Une voiture qui préfigure la voiture mondiale.

La Peugeot 201 en rallye!

Pour la compétition, des modèles spéciaux de la Peugeot 201 verront le jour comme les 201 S et 201 CS, des modèles allégés dont la puissance était poussée à 30 ch (aujourd’hui 30 ch ça fait plutôt sourire!). Une version très spéciale la 201 X à moteur 4 cylindres Bugatti est aussi produite malheureusement André Boilot le pilote de Peugeot trouvera la mort à son bord le 5 juin 1932 dans une course de côte.

Elle s’illustra au Rallye de Monte-Carlo en finissant deuxième en 1931 et première en 1932.

 

Texte Eric Thomas, que vous retrouvez également dans l’émission “Pleins phares” sur Fajet.net

Laisser un commentaire

Top