You are here
Home > AUTO

FIAT 124 SPIDER DOLCE VITA SAUCE TURINOISE

 

FIAT 124 SPIDER 6

Si les ventes du Spider ont baissées, le modèle reste cependant suffisamment populaire auprès du public pour que Fiat décide d’ en poursuivre la fabrication. Son succès reste grand en effet sur le marché américain (Tout comme d’ ailleurs ses principales concurrentes, la MG B et la Triumph TR6). En 1974, plus de 32 000 exemplaires du Spider 124 ont ainsi été écoulés par le réseau américain. Le modèle cesse, à ce moment-là, d’ être vendu en Europe, sa production étant à présent réservé à l’ exportation. Malgré ses scores de vente aux états-Unis, le Spider Fiat fait grise mine, car les systèmes antipollution, imposés par la législation américaine, qui équipent désormais ses moteurs brident ses performances. En Californie (l’ un des Etats américains les plus stricts en la matière), le Spider 1800 n’ affiche ainsi plus que 80 ch et peine à dépasser les 150 km/h. La version 2000, qui le remplace en juillet 1978 est, elle, est à peine moins anémique, puisque sa puissance atteint à peine les 86 chevaux. L’ appellation “Sport” qui était jusque-là accolée au Spider apparaît donc bien galvaudée et, à cette époque, elle est d’ ailleurs définitivement abandonnée. Afin de coller au mieux aux goûts et aux attentes de sa clientèle, le Spider peut maintenant aussi être équipé, en option, d’ une boîte automatique fa (d’ origine General Motors), qui se marie d’ ailleurs fort bien avec le caractère désormais très placide du Spider (La plupart des Américains ayant d’ ailleurs toujours préféré, avec les cabriolets, une attitude “cool” à une conduite trop virile). L’ adoption d’ une injection électronique Bosch, en mai 1980, permet au Spider de voir sa puissance remonter à 102 ch, et même à 120 chevaux sur la (rare) version Turbo (diffusée à moins de 700 exemplaires entre 1981 et 1983). A partir de 1982, le Spider est intégralement assemblée chez Pininfarina. C’ est à ce moment-là qu’ il revient sur le marché européen, désormais vendu non plus sous la marque Fiat mais sous le label Pininfarina (Ce sera d’ ailleurs le seul modèle que la carrossier ait vendu sous son nom) et portant la dénomination Spider Europa. Sous son capot, on retrouve le double arbre de 1 995 cc qui, bénéficiant de normes européennes moins strictes qu’ aux USA, affiche une puissance de 105 chevaux. Les acheteurs intéressés se voient aussi proposés une version plus sportive, dont le compresseur Volumex permet d’ obtenir 135 chevaux. Ce qui lui permettra de terminer sa carrière en beauté. C’ est maintenant le chant dy cygne pour le vénérable Spider (Il approche en effet maintenant des vingt ans d’ âge) qui quittera la scène, dans la plus grande discrétion, en 1985. En dix-neuf ans d’ existence, il aura été produit à plus de 198 000 exemplaires.

FIAT 124 SPIDER 7

Le Spider Fiat tentera aussi en compétition. Le département course de l’ usine Fiat de Turin étudiera ainsi, en 1970, une version 1600 Corsa spécialement conçu pour cet usage. Allégée et surélevée par rapport au modèle de série, elle bénéficiera également d’ une mécanique retravaillée dont la puissance atteint 155 chevaux. Lorsqu’ en 1971, le préparateur Abarth passe sous le contrôle de Fiat, le constructeur turinois, profitant du savoir-faire reconnu de la célèbre officine, charge alors celle-ci d’ élaborer une version encore plus radicale du Spider Corsa. Produite entre 1973 et 1975, l’ Abarth 124 Rally se reconnaît, au premier coup, par sa ligne beaucoup plus agressive que celle d’ un « simple » Spider de série, avec ses élargisseurs d’ ailes, ses jantes en alliage léger, son capot en fibre de verre peint de couleur noir mat (Une teinte spécialement étudiée pour éviter mes reflets du soleil sur le capot), ses sièges-baquets, son arceau de sécurité ainsi que le hard-top qui viennent remplacer la capote afin d’ offrir la meilleure rigidité possible à la voiture. Sur le plan technique, le Spider Abnarth dispose aussi d’ une suspension arrière indépendante (conçue spécifiquement pour ce modèle). Bénéficiant de soupapes de plus grande dimensions et d’ une alimentation par deux carburateurs Weber, le moteur qui l’ équipe peut développer plus de 170 chevaux dans sa configuration la plus puissante.

FIAT 124 SPIDER 9

Malgré le talent des pilotes qui auront son volant entre leurs mains, comme Markku Alen ou Björn Waldegaard et quelques belles victoires comme au Rallye du Portugal ou une seconde place au Championnat du Monde des Rallyes décrochée par Fiat en 1973, la 124 Abarth ne parviendra cependant pas à surclasser ou même à égaler des pointures de la catégorie comme les berlinettes Alpine ou la Lancia Fulvia HF. De plus, le Spider 124 sera très vite surclassé la Lancia Stratos, qui ne tardera pas à faire la preuve de son efficacité dans les plus grandes épreuves de la compétition automobile. Le constructeur de Turin devra ainsi attendre 1977, avec l’ arrivée de la version course du coupé 131, également revue par les soins d’ abarth, pour parvenir finalement à se hisser sur la plus haute marche du podium.

Texte Alexandre Lagarde

Laisser un commentaire

Top