Vous êtes ici
Accueil > ESSAIS > ESSAI : KIA Ceed version 2018 1.6 CRDi 136 ch Edition #1

ESSAI : KIA Ceed version 2018 1.6 CRDi 136 ch Edition #1

Encore des progrès !

 

Lors de l’arrivée de la nouvelle Sephia en 1992, j’avais huit ans. A cette époque, on regardait Kia comme une marque jeune dont il fallait se méfier. C’est pour cela qu’elle due faire ses preuves sur le Vieux Continent, afin de gagner la confiance des clients européens réputés exigeants. Aujourd’hui c’est la Ceed qui, dans la catégorie des compactes, occupe le devant de la scène. On vous en dit plus sur la marque coréenne, qui depuis 1971 et ses débuts dans l’automobile, met à profit son savoir-faire.

Commercialisation I : 2007-2012 – II : 2012-2018 – III : 2018…

Design ☻☻☻☺☺ Finition ☻☻☻☻☺

Plaisir de conduite ☻☻☻☻☺ Visibilité ☻☻☻☺☺

Carrosserie Berline 5 portes 2 volumes

I° Depuis ses origines, l’ouverture est dans l’ADN de Kia.

En 1944, les accords de Bretton Woods sont signés et ce sont eux qui mettent en place le système économique mondial actuel. Ainsi, la mondialisation devient inévitable. Cette même année, John Kia-Key’s fonde l’entreprise Kia en Corée du Sud afin de fabriquer des pièces de bicyclettes. Personne n’aurait imaginé à l’époque que son entreprise deviendrait mondiale.

Mais l’origine du nom Kia ne vient pas seulement de son fondateur car sa traduction signifie « l’Asie se révèle au monde. » Une devise qui va comme un gant à la Ceed puisque nous avons affaire à une voiture européenne. D’ailleurs pour s’en convaincre, Ceed veut dire « Community of Europe with European Design. » De plus, n’oublions pas que c’est le Français Grégory Guillaume basé à Francfort, qui est à l’origine de ce design réussi. Ce dernier est rattaché à Peter Schreyer, ancien de chez Volkswagen. Comme quoi la marque de Séoul a de bonnes fréquentations et sait se faire entourer !

II° La Golf dans la ligne de mire.

Pour s’imposer sur le segment très concurrentiel des compacts, mieux vaut avoir du style et ranger son audace au placard. La faute à la clientèle – et non à Voltaire ! – qui préfère le classicisme. Et la petite remplit bien son contrat avec sa calandre « tiger nose » qui donne une identité propre à la gamme et qui me plait bien. Cela renforce ainsi son côté dynamique, appuyé par des dimensions plus basse et plus large que l’ancien modèle. La voiture est alors mieux assise sur la route et l’on se sent plus en sécurité. Pour comparaison, la Peugeot 308 est plus courte de 6 cm et la Mégane de seulement 1 cm.

Mais pour mettre toutes les chances de son côté, la firme sud-coréenne décide de faire une voiture sur mesure pour l’Europe afin de mieux coller à nos préférences. Cela se confirme en entrant dans l’habitacle qui n’a rien d’asiatique et qui d’ailleurs, est plus proche de celui d’une Volkswagen. Normal puisque la conception a été pensée à Francfort. On retrouve donc à bord l’ambiance austère des Volkswagen qui me dérange un peu mais ceci est une affaire de goût. Pourtant, cela ne m’empêche pas d’apprécier l’habitacle soigné de l’Edition #1, haut de gamme également présent chez Hyundai. Les matériaux employés sont de qualité, la planche de bord moussée et des surpiqûres viennent embellir le volant trois branches bien dessiné. Les sièges donnent une assise ferme, germanique et confortable. Dommage que les suspensions et les jantes 17 pouces viennent encore durcir le tout.

III° Système de pilotage automatique de Niveau 2.

En matière de technologie, le but de Kia n’est pas de surpasser les concurrentes européennes mais plutôt de s’aligner sur elles. Une étape logique et nécessaire pour espérer devenir un jour reine de la catégorie.

Le haut de la planche de bord accueille un écran tactile de 5 à 8 pouces et de nouvelles fonctionnalités – selon les versions : pare-brise chauffant, sièges chauffants AV et AR (ventilés à l’AV), chargeur pour smartphone à induction. Quant à la dotation de base, elle comprend le freinage autonome d’urgence avec détection des piétons, le système d’alerte de franchissement de ligne, les feux de route automatiques et le détecteur de fatigue.

De plus, Kia a pensé à un système de pilotage automatique de Niveau 2 qui permet de se familiariser avec la conduite autonome dans les embouteillages. Cette technologie permet de se maintenir dans la voie et de gérer les accélérations, le freinage et les distances de sécurité avec la voiture qui nous précède, et ce jusqu’à 130 km/h. Je ne l’ai pas testé car je n’aime pas ce genre d’expérience où le conducteur est mis au rebut. Moi ce que j’aime, c’est avant tout d’être aux commandes et de prendre du plaisir derrière le volant. Et cette Ceed en offre !

IV° Le marché automobile français confirme sa mutation.

La boîte manuelle est agréable car les rapports passent à merveille et la commande de boîte fait le travail avec douceur. On en viendrait même à préférer une boîte mécanique plutôt qu’une automatique, disponible ici avec un double embrayage 7 rapports. A chacun sa préférence ! Quant à la direction, elle est précise, sans vibration et se guide du bout des doigts.

Le moteur 1.6 CRDi de 136 ch est vigoureux et ne demande qu’à partir. Normal avec un couple de 280 Nm ! Ce bloc existe également en version 115 ch et vient remplacer l’ancien 1.7 CRDi. Côté essence, le nombre de proposition est deux fois plus important et le marché français confirme sa mutation. On retrouve le 1.4 MPi de 100 ch, le bloc 3-cylindres 1.0 T-GDi de 120 ch, le 1.4 T-GDi de 140 ch et le 1.6 T-GDi de 204 ch.

V° Conclusion – Une marque en pleine ascension.

Kia a de nombreux atouts pour faire de la Ceed son best-seller en Europe, toutes carrosseries confondues. A la berline bicorps et au break SW devrait s’ajouter début 2019 un shooting break baptisé Proceed, qui risque de faire des ravages tant le dessin est réussi.

De plus la garantie 7 ans ou 150 000 km, lancée pour la première fois sur la première génération de Cee’d, est un réel argument de vente face à une concurrence féroce dans ce segment.

Disponible à partir de 20 990 € pour la version 5 portes – 21 990 € pour le break SW, – je pense qu’il est intéressant d’acquérir la meilleure compacte jamais réalisée par Kia qui a fait le pari difficile d’exister au milieu des Golf et des Mégane. Et elle est en passe d’y arriver !

 

ROMAIN ORRY

Laisser un commentaire

Top