Vous êtes ici
Accueil > ANCIENNES & YOUNGTIMERS > Essai : Daimler Six, luxe et performance

Essai : Daimler Six, luxe et performance

 

Pour bien terminer l’année rien de mieux que de tester une belle et luxueuse anglaise. Cette Daimler Six 4.0 litres de 1995 est un vrai palais roulant, le raffinement est à son comble et sa conduite un bonheur ultime, je vous invite à bord de la Daimler Six. 

Avant de vous parler de mon expérience à bord de cette Daimler je dois vous faire un bref retour sur l’histoire de cette voiture. Daimler c’est le summum du raffinement chez Jaguar, comme si Rolex inventait une division Luxe de son horlogerie, c’est vous combien l’excellence est au rendez-vous. 

La Six est un salon roulant où le passager comme le conducteur sont traités comme des princes. En 1994 Jaguar sort donc cette nouvelle XJ équipée de trois moteur, deux Six et un Double-six pour des puissance allant de 219 à 318 ch, une version Supercharged viendra ensuite coiffer la gamme avec 326 ch. Pour bien comprendre la complexité de la gamme XJ de l’époque n’hésitez pas à lire l’article de Boitier Rouge sur le sujet en cliquant ici. 

 

 

 

La prise en main de ce vaisseau de plus de 5 mètres de long se fait avec facilité, une fois installé dans les superbes sièges on trouvera facilement sa position de conduite idéale, tout est réglable électriquement et en un clin d’œil vous voilà prêt à décoller. 

 

Le raffinement de la Daimler va juste qu’à couvrir une partie du volant avec du bois précieux, tous les compteurs ont droit à se même traitement, une Daimler cela se conjugue avec détails et luxe. 

Même si le compteur promet 260 km/h la Six se limite à 232 kmh, de quoi cruiser entre Stuttgart et Munich sans être inquiété. Le tableau de bord indique la température d’eau, le niveau de carburant, la pression et la température d’huile. L’écran led indique le trip et le totalisateur. 

La fameuse grille en “J” de la boite de vitesse automatique nous rappelle bien dans quelle auto nous avons embarqué, le mode “Sport” invite à mener ce gros chat à un rythme plus soutenu en raccourcissant les passages de rapport de la boite 4 vitesses. L’auto-radio trahit l’époque en proposant un lecteur cassette en façade et le lecteur cd dans le coffre. Son look “Ford” dénote avec l’ensemble, on regrette également l’horloge numérique tout droit venue des ateliers d’un obscure sous-traitant chinois, sa durée de vie était malheureusement courue d’avance. On attendais plus de Jaguar une jolie horloge traditionnelle en collaboration avec une grande maison horlogère, à plus de 80 000 €  (j’ai converti pour vous ) on s’attendait à plus classe, c’est un détail mais à ce niveau d’exigence le diable est dans les détails. Autre sujet de discorde les grilles d’aération, encore un sujet qui peut fâcher, mais j’arrête là tant le reste est délicieux. 

Vous aimez les chromes ? Cela tombe bien la Daimler Six aussi. 

Prendre le volant de cette Grande berline peut intimider mais une fois le moteur 4 litres en route et sa position de conduite trouvée vous vous sentirez en confiance. Dès les premiers mètres la voiture vous rassure, elle se manœuvre avec simplicité et sa taille se fait oublier. La direction est souple mais pas trop, la puissance est disponible rapidement, un appui mal assuré sur la pédale d’accélérateur peut surprendre, je ne m’attendais pas à tant de vivacité. La Six est puissante et ne demande qu’a vous emmener où vous voulez dans son royaume de confort. 

A peine ai-je pris la sortie de parking que j’ai la voiture en main, j’ai l’habitude du gabarit mais on ne sait jamais comment on va être traité par la direction. dans la circulation on chemine sur un filet de gaz guidant le large volant d’un doigt. 

Une fois sur la voie d’accès à la N118 vient le moment de voir si les 249 ch de l’engin sont encore de la partie. Il faut s’insérer sur une deux fois 2 voies en côte, un exercice assez délicat mais la Daimler s’arrache de la voie de droite pour venir cruiser à gauche et partir vers l’autoroute. Une fois calé à 110 km/h on se laisse aller à rêver d’une plus longue destination, le panneau “Bordeaux” invite au voyage et la Daimler Six ne demande que cela. A 130 km/h  tous les passagers peuvent continuer à discuter tant le silence règne dans l’habitacle. 

 

La conduite à allure princière correspond parfaitement au moelleux de la suspension et au caractère feutré de l’ensemble. Les 249 ch du six cylindres délivrés avec parcimonie,  s’accommodent à merveille de la douceur de la boîte automatique électronique à 4 rapports. On se voit très bien en 1995 emmener la Princesse Diana sur les routes anglaises à bord de ce vaisseau de la Royale Road Force. Le plaisir est autant en passager que derrière le volant. 

Fiche technique

Type du moteur 6 cylindres en ligne
Energie Essence
Disposition Longitudinal avant
Alimentation Gestion intégrale
   
Distribution Double arbre à cames en tête
Nombre de soupapes 4 par cylindre
Alésage & Course 91.0 x 102.0 mm
Cylindrée 3980 cc
Compression 10.0
Puissance 249 chevaux à 4800 tr/min
Couple 40.0 mkg à 4000 tr/min
Boite de vitesse Auto 4 rapports
Puissance fiscale 20 chevaux
Type Propulsion

 

Direction Crémaillère, assistée
Suspensions Av Triangles superposés
Suspensions Ar Triangles superposés
Cx 0.37
Freins avant Disques ventilés
Freins arrière Disques ventilés
ABS Serie
Pneus avant 225/65 ZR16
Pneus arrière 225/65 ZR16
 
Longueur 512 cm
Largeur 180 cm
Hauteur 143 cm
Coffre 410 litres
Poids 1825 kg
 
Poids/Puissance 7.32 kg/cv
Vitesse max 232 km/h
0 à 100 km/h 8.2 sec
   
   
400 mètres DA 16.3 sec
1000 mètres DA 29.3 sec
 
Sur route 11.9
Sur autoroute 12.1
En ville 13.8
Conduite Sportive Beaucoup
Réservoir 86 L
Autonomie autoroute 710
   

Mes + 

  • Moteur envoutant
  • Boite 
  • amortissement
  • Ambiance
  • Ligne

Mes – 

  • Horloge 
  • certaines commandes un peu “Ford”

6 thoughts on “Essai : Daimler Six, luxe et performance

  1. sympathique ce reportage, ca fait un moment que j’ai envie de me faire plaisir en m’offrant une XJ…. les chiffres de conso viennent de ton essais ou de la fiche constructeur ?

    1. Les chiffres de mon essai sont élevés et ne reflètent pas la réalité. Mais quelle voiture génial, le propriétaire est collectionneur et c’est sa préféré.

      1. en effet c est une belle conso mais je m attendais à pire
        c’est une voiture plaisir, faut pas regarder la conso…. ou choisir une autre auto plaisir 😉

Laisser un commentaire

Top