Vous êtes ici
Accueil > ANCIENNES & YOUNGTIMERS > Commémorations de la libération de Noyon

Commémorations de la libération de Noyon

 

 

Chaque début Septembre et pendant tout un week-end, la petite ville de Noyon dans l’Oise vit au rythme des commémorations militaires pour honorer la mémoire de sa libération lors de la seconde guerre mondiale. L’association LIB44, présidée par Alain Crappier, organise d’une main de maître ces festivités.
 
Noyon
 
Au programme de cette année 2019, de nombreuses nouveautés ont ravi le public encore très nombreux à se rendre sur l’ancien camp militaire du régiment de marche du Tchad aujourd’hui reconverti en campus économique INOVIA qui accueille des entreprises innovantes. Nous avons pu apprécier la très réaliste reconstitution d’un hôpital militaire US de campagne, des sauts en parachute, une bourse militaire et la présence très remarquée de l’association de reconstitution de véhicules France 40. Tout cela est le fruit du travail acharné des adhérents de LIB44 porté principalement par le chargé de communication Eric Froissart. Il est important de rappeler l’implication de tous ses bénévoles pour honorer la mémoire des soldats libérateurs de la France. Rappelons au passage que l’entrée est gratuite.
 
Le samedi matin est consacré à un défilé en convoi d’environ 3 heures sur les petites routes de campagne et qui traverse de nombreuses villages. On peut compter plus d’une bonne centaine de véhicules qui se répartissent sur deux parcours. Les blindés et très gros véhicules sont quant à eux restés sur le campement. C’est toujours émouvant de voir les sourires des habitants sortis pour l’occasion ; encore plus quand il s’agit des quelques personnes âgées qui ont connu dans leur enfance cette sombre période. Il faut dire que le convoi, escorté par un club de moto pour des raisons de sécurité, est impressionnant quand il arrive aux sons des sirènes.
 
Le retour au campement est consacré à l’accueil du public et aux diverses activités pendant toute l’après-midi : promenade en jeep dans les bois, scènes de vie militaire, démonstrations des chars sur piste, animation musicale… Il est possible de se restaurer sur place et de partager son repas aux côtés de soldats américains et civils français costumés ; on s’y croirait vraiment tant le réalisme est poussé. Beaucoup de personnes ont joué le jouer de venir habillé comme à l’époque ce qui donne une ambiance si particulière à cette manifestation. Pour des raisons que l’on peut comprendre, tout ce qui touche à l’armée allemande n’est pas représenté. LIB44 préfère mettre en avant les résistants et civils français.
 
Pour les amateurs de véhicules militaires, le plateau était très fourni. On pouvait y trouver une Chenillette Renault UE, un char Renault R35, un véhicule amphibie DUKW 353, un char M36 Jackson, un char Sherman M4, un char M5 Stuart, une Citroën C4 Kégresse, une LATIL, une chenillette M29 Weasel, des jeeps de toutes sortes, des camions Dodge ou GMC, des véhicules d’officiers Plymouth et Buick, plusieurs Harley-Davidson WLA, des tractions siglées FFI… et bien plus encore.
 
Concernant les associations présentes, on retrouve Univem, Market-Garden, N’oublie pas 44, Mow44, France 40, 28th Engineer, Mémoires d’Alliés 39/45, Radar et beaucoup d’individuel également.
 
Dans la soirée, un repas avec animation musicale était proposé dans une salle couverte (également accessible au public). Après quelques heures passées à festoyer dans une ambiance très sympathique, chacun retourne à son campement pour passer la nuit sous la tente.
 
Malgré un très beau temps durant tout le week-end, j’ai cru comprendre que la nuit fût tout de même assez fraîche. Mais pas le temps de se plaindre ; le départ est annoncé, direction les abords du centre-ville de Noyon, pour une cérémonie officielle avec les autorités locales. Après quoi, tout le convoi s’avance vers la rue principale de centre-ville de Noyon. Les vrombissements des moteurs donnent le ton pour la suite ; tous les participants ont hâte de défiler. Dans un nuage de fumées d’échappements, on sent l’excitation monter…
 
En tête de cortège des véhicules et au son des cornemuses d’un groupe de musiciens en kilt, les blindés offrent un formidable spectacle au public. Il n’est effectivement pas courant de voir des chars se stationner tranquillement en centre-ville. Après quoi, tous les autres véhicules suivent et se répartissent aux abords du parvis de la magnifique cathédrale et de l’hôtel de ville habillé de drapeaux français. Ça circule de partout, l’ambiance est à son plus haut point. Les participants lancent des friandises aux enfants qui assistent émerveillés à ce défilé. Les parents n’en sont pas non plus moins admiratifs. Je suis toujours impressionné de l’engagement de jeunes hommes et femmes passionnés qui participent activement au défilé ; je pense à Guillaume, Clément, Pauline, Dylan… qui n’ont pas 30 ans mais qui nous transmettent un beau message. Après quoi, on assiste à une autre cérémonie du souvenir et cette fois au rythme de l’orchestre d’harmonie de Noyon.
 
Une anecdote assez particulière mérite d’être exprimée ici : l’association « France 40 Reconstitution » nous a fait l’honneur d’être présente avec un char Renault R35 dont deux modèles étaient présents 79 ans auparavant à Noyon. Grâce au photos d’époques, ils ont pu se remettre à l’endroit exact des chars R35 détruits lors de la bataille de 40. Ce moment fût empreint d’une très grande émotion surtout quand on sait que les membres d’équipages périrent à cet endroit même le 07 juin 1940.
Char R35
Alain Crappier
 
Il est ensuite temps de retourner au campement pour continuer la journée. Plus de 2000 visiteurs ont été recensés durant le week-end ; c’est convivial et on y vient en famille. Pour la journée du dimanche, je me suis fait accompagné de mon ami Bertrand Pierre, photo-reporter à News d’Anciennes et grand connaisseur de ce milieu, que j’ai eu plaisir à revoir.  Ce week-end reste chaque année très attendu de la population et est un succès toujours grandissant du fait du travail de qualité de LIB44, son président Alain Crappier, son chargé de communication Eric Froissart et de tous ses adhérents et bénévoles. Merci à eux d’honorer la mémoire de notre histoire. Je finirai par la citation du Maréchal Joffre : « Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir ».
Alain Crappier
 
Texte et photos Michaël Gosset
Remerciements Alain Crappier et Eric Froissart

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top