You are here
Home > AUTO

Essai : Aston Martin DB11, le renouveau

 

Ami lecteur comme tu peux le constater je ne recule devant aucun sacrifice pour te faire découvrir des voitures exceptionnelles. Cette fois c’est à bord d’une anglaise que je vais donc mener ma mission. 

Ce n’est pas tous les jours que l’on a la chance de pouvoir conduire une Aston Martin, donc quand vient l’occasion il faut saisir sa chance et préparer son smoking, histoire de se glisser quelques minutes dans la peau du plus célèbre agent secret au service de sa Majesté. Rassurez-vous, cette fois-ci je me contente de conduire la voiture, je n’ai pas encore décider d’éliminer quelques méchants ou constructeurs récalcitrants.

Conduire ou piloter une Aston Martin c’est se glisser derrière le volant d’une marque mythique qui fait rêver des générations de passionnés depuis 1913.  

 

Petit retour sur l’histoire de la marque 

En 1913 Lionel Martin remporte la course d’Aston Clinton, à bord de son prototype, le « Coat Scuttle », la marque qui sera créée en 1913 commence à produire des voitures en 1914. Avec l’aide d’un associé, Lionel Martin commercialise son prototype sous le nom d’Aston Martin. C’est sur un circuit français que la marque débute la compétition lors du Grand Prix Club de France à Strasbourg le 15 juillet 1922.

En 1926 Lionel Martin est demis de ses fonctions et la marque est reprise par de nouveaux propriétaire qui la rebaptise Aston Martin Motors LTD.

 

le logo d'Aston Martin

 

 

En 1947 c’est David Brown qui rachète la marque et la fera définitivement entrée dans la légende automobile.

Aston Martin DB 11

La DB 11 signe chez Aston Martin le début d’une nouvelle ère, la survie de la marque plus que centenaire passe par un tout nouveau modèle, ce nouvel opus se nomme DB 11. Nouveau design époustouflant de beauté, toutes les couleurs lui vont c’est dire, une nouvelle plateforme, et un nouveau moteur. Enfin du nouveau me direz-vous, du nouveau et du très bon. Le ramage à la hauteur. AMG prend ainsi la place de Ford en tant que motoriste d’Aston Martin. Et lui fournira des moteurs ainsi que son savoir-faire, en échange de 5% de son capital. Mais réputation oblige, le V12 n’est donc pas signé AMG mais bien Aston Martin. Le partenariat avec le préparateur ne concerne que les V8 qui équiperont les modèles des segments inférieurs. 

L’installation au volant est un moment d’émotion, le bouton “start” installé au centre de la console centrale semble clignoter pour appeler au démarrage, impossible de quitter le bouton des yeux. La position de conduite se règle  en un instant, le volant promet une bonne prise en main et les palettes tombent facilement sous la main pour plus d’efficacité. Une fois le moteur en route la symphonie opère sa magie et le spectacle commence. La foule commence à se rapprocher pour voir quel engin terrestre produit ce bruit envoûtant. Moment de grâce et de satisfaction, pour une fois c’est moi qui pilote.

La manœuvre  se fait avec aisance malgré les 4 m 739 de l’engin, le tout sur un filet de gaz. Une fois sur la route on prend rapidement conscience des capacités de la voiture, la moindre sollicitation de la de la pédale d’accélérateur produit un bruit mélodieux et projette la voiture dans une autre dimension. Mais cette Aston sait également se tenir comme une jeune fille bien sage, le cruising au bord de la Côte d’Azur est dans ses cordes, mais pour un essai comme le mien je préfère laisser le cruising à d’autres et tester les capacités de la bête. Mode sport enclenché et la DB11 passe de Mozart à Metallica. La remplaçante de  la DB9  équipée d’un V12 bi-turbo promet du sport, du sport et du sport.

La DB11 s’impose ainsi comme le modèle le plus puissant de toute l’histoire de la marque. La cylindrée diminue : on passe en effet d’un 6 litres à un 5,2 litres. Mais l’information principale n’est pas sa puissance mais bien que ce V12 est bi-Turbo,  c’est tout nouveau chez Aston Martin. Le moteur perd un peu de sa noblesse mais franchement à son volant la noblesse on s’en moque un peu. 

Sur la DB11 la carrosserie mêle toujours l’aluminium et matériaux composites. Mais chaque élément a été repensé, et conçu pour exploiter au mieux les technologies actuelles. Sans bouleverser le style. La marque rentre à part entière dans une nouvelle ère.

Les extracteurs d’air latéraux avant, en continuité des passages de roues, se chargent d’évacuer l’air à haute pression qui s’engouffre dans le passage de roue avant et ainsi la portance et améliorer le comportement.
Pour l’appui point d’aileron disgracieux, nous sommes chez Aston Martin,  Les ingénieurs ont donc développé un aéro-aileron qui améliore la stabilité à haute vitesse en récupérant l’air dans les piliers arrière, et en le faisant ressortir par une lame située sur la malle arrière. 

A son bord la DB11 offre une finition de qualité, le travail avec Mercedes ne se limite pas au moteur, l’ensemble est donc cohérent, un moteur en feu et une qualité intérieur irréprochable.

A bord de la DB11, on retrouve beaucoup d’éléments de la marque à l’Etoile : comme cet écran 12 pouces. Les commandes de la console centrale, ou encore le pavé tactile qui permet de gérer l’ensemble. Mais l’ambiance reste typiquement Aston. Bref le meilleur de deux mondes.

La technologie vieillissante de la marque la reléguait loin derrière la concurrence. Le GPS de la DB9 par exemple était l’un des pires du marché. La bonne nouvelle, c’est qu’on dispose enfin d’un système à la hauteur. L’écran du bloc d’instrumentation et le système multimédia viennent moderniser l’ensemble. 

 Cette DB11 repose désormais sur un châssis en aluminium. Il s’agit de la plate-forme la plus légère et plus rigide jamais produite par la marque. Enfin un châssis à la hauteur, belle est efficace. La DB11 se joue des courbes avec facilité et précision sans jamais vous prendre en défaut, il suffit de savoir rester calme avec l’accélérateur et de ne pas déclencher une tempête de feu les roues braquées. Pour la boite de vitesse on retrouve la boite signée ZF qui équipe Jaguar, Audi et BMW, une référence dans le domaine qui assure douceur et rapidité. 

En mode confort, la nouvelle direction est douce. L’amortissement piloté à plusieurs modes est très confortable. La DB11 est avant tout une GT ultra performante, mais aussi polyvalente, qui se conduit aussi au quotidien car à allure stabilisée le moteur est capable  de désactiver la moitié de ses cylindres. On parle d’une réduction de 20% de la consommation et des émissions de CO2. 

La DB 11  expédie le 0 à 100 km/h  en 3,9 secondes. Et la vitesse de pointe s’établie à 322 km/h. Le couple maximum est désormais délivré à 1.500 tr/min. Et on parle de 700 Nm. De quoi se coller au siège, jusqu’à près de 7.000 tr/min.

Pour contenir toute cette puissance, la DB11 est la première Aston à embarquer un différentiel à glissement limité actif avec vectorisation de couple. En entrée de virage, l’électronique freine la roue arrière intérieure au virage pour aider à tourner. Un dispositif efficace et malgré ses 1.770 kg la DB11 se montre agile et enroule les courbes comme aucune autre Aston ne l’a fait avant tout en se permettant de venir titiller allègrement la concurrence. Un signe ne trompe pas, les concessions Aston Martin reprennent de plus en plus d’italiennes, la DB 11 commence a gagner les coeurs et c’est mérité. Qui n’a jamais rêver de la voiture parfaite, savant mélange de luxe, d’élégance, d’efficacité et de performance ? 

La DB 11 est équipée du plus gros capot du monde, il se ferme avec une assistance électronique pour éviter de le déformer en le claquant.

 

Conclusion 

Une voiture qui n’a pas grand chose à envier à la concurrence avec un tarif à 205 000 € et de tels prestations, reste à attendre la version équipé du V8 AMG pour complèter la gamme et enfin asseoir Aston Martin sur le podium. Pour moi l’accomplissement d’un rêve, malgré de nombreux essais il me manquait Aston Martin, il ne me reste plus qu’a ranger mon smoking et boire ma Vodka martini. 

Fiche Technique

 
 


Fiche Technique
Aston Martin DB11 V12 5.2 610 ch

Caractéristiques
Dimensions L x l x h 4,74 x 1,94 x 1,28 m
Empattement nc
Volume du coffre 270 litres
Poids à vide 1.770 kg
Moteur
Cylindrée V12 Turbo essence – 5.204 cm3 
Puissance 608 ch à 6.500 tr/min
Couple 700 Nm à 1.500 tr/min
0 à 100 km/h 3,9 s
Vitesse maxi 322 km/h
Puissance fiscale nc
Consommation
Cycle mixte 12,8 l/100 km
Taux de CO2335 gr/km 298 gr/km
Ecobonus 8.000 € de malus

Un énorme merci à Mohamed Chehiba et à la concession Prestige Motor Groupe Genève qui distribue les marques Rolls Royce, Aston Martin et Koenigsegg à Genève. https://www.prestigemotorgroup.ch/

Laisser un commentaire

Top