You are here
Home > AUTO

ALFA ROMEO SPIDER – DOLCE VITA SAUCE ALFA. Ep2

 

 

ALFA ROMEO SPIDER 10

Dévoilé à l’ occasion du Salon de Genève, en mars 1966, le Spider Alfa Romeo bénéficiera pour son lancement d’ une habile opération de marketing orchestrée par la marque. Celle-ci décide d’ organiser un grand concours en demandant au public de choisir son nom de baptême. Sur plusieurs milliers de courriers qui arrivent à l’ usine, c’ est, au final, l’ appellation Duetto, proposée par un certain Guidobaldi Trionfi, un citoyen originaire de Brescia, qui est choisie par la direction et le service marketing d’ Alfa Romeo. L’ heureux gagnant recevant comme récompense l’ un des exemplaires du nouveau Spider, flambant neuf.

ALFA ROMEO SPIDER 11

Etroitement dérivé des autres modèles de la gamme Giulia, le Spider est construit sur une plateforme raccourcie à 2,25 mètres d’ empattement (contre 2,35 m pour le coupé et 2,51 m pour la berline). La suspension avant indépendante fait appel à des triangles superposés guidés par des ressorts hélicoïdaux. Comme il est de coutume chez Alfa Romeo, le pont arrière est toujours constitué d’ un archi-classique essieux rigide, articulé, lui aussi, par des ressorts hélicoïdaux et renforcé par des jambes de force longitudinales. Le système de direction, quant à lui, varie selon les possibilités d’ approvisionnements du constructeur. Il est ainsi confié soit à un classique boîtier à vis et galet ZF-Gemmer ou à un circuit à recirculation de billes Burman. Le freinage étant, de son côté, confié à quatre disques ATE (dont l’ assistance n’ est disponible qu’ en option sur les premiers exemplaires). Le superbe quatre cylindres en ligne à double arbre à cames en tête que l’ on retrouve sous son capot, oeuvre de l’ ingénieur Orazzio Satta Puliga, est une mécanique déjà bien connue des amateurs d’ Alfa, puisqu’ elle a été largement éprouvée sur la génération précédente. Entièrement en alliage léger, ce bloc de 1 570 c est équipé d’ un vilebrequin à cinq paliers, de chambres de combustion hémisphériques et d’ une distribution commandée par chaîne (réputée pour son endurance). Il profite également également de soupapes d’ échappement garnies au sodium, afin d’ obtenir le meilleur refroidissement possible, un raffinement technique encore peu courant à l’ époque. Alimenté par deux carburateurs Weber, sa puissance s’ établie, sur la première version du Spider, à 109 chevaux. Le tout étant accouplé, de série, à une boîte de vitesses à cinq rapports.

ALFA ROMEO SPIDER 13

En janvier 1968, le spider Duetto adopte, tout comme le coupé Giulia GT, le nouveau moteur 1 750 cc. La version 1600 originelle s’ effaçant alors, après moins de deux ans de carrière seulement. La nouvelle version, elle, étant baptisée Spider Véloce 1750, reprenant une appellation déjà bien connue chez Alfa Romeo avant-guerre. Bien que le gain de puissance soit relativement modeste (Celle-ci grimpant à seulement 118 chevaux), le couple augmente, lui, de façon beaucoup plus significative. Une remise à niveau qui s’ accompagne de légères retouches esthétiques, avec, notamment, une nouvelle monte pneumatique (avec des jantes de 14 pouces au lieu de 15 précédemment) qui impose des passages de roues sensiblement modifiés. La dynamo est, elle, remplacée par un alternateur et la jante du volant abandonne le plastique noir pour du vrai bois.

ALFA ROMEO SPIDER 6

Plus chère que sa devancière, le Spider 1750 est épaulé, à partir de l’ été 1968, par une version de base 1300 Junior, qui conserve des déflecteurs fixes et est dépourvue de bulles de phares. Elle reçoit un quatre cylindres de 1 290 cc développant 89 chevaux. Bien que moins puissant, celui-ci ne s’ en montre pas moins assez vigoureux, puisque, dans cette version, le Spider parvient tout de même à friser les 170 km/h. Son prix de vente plus attractif que celui de la version Véloce lui permettant également de s’ afficher comme une concurrente du spider Fiat 124. Même si cette dernière s’avère bien plus compétitive en terme de prix : Le cabriolet de Turin est en effet affiché, sur le marché français, à 15 990 F, alors que sa rivale d’ Arese est vendue 6 000 francs plus cher. A sein des concurrentes étrangères, la concurrence est elle aussi fort rude, avec la MG B (vendue à 16 140 F), la Triumph TR4 A IRS (16 990 F) ou la Sunbeam Alpine (16 500 F). Comme on peut le constater, le Spider Alfa figure parmi les modèles les plus chers de sa catégorie. A l’époque de son lancement, le Spider Duetto peut toutefois compter sur l’excellente réputation dont joui déjà la marque dans le domaine des petites sportives et d’une clientèle nombreuse et fidèle, y compris en dehors d’ Italie et le splendide petit cabriolet dessiné par Pininfarina n’ aura donc aucun mal à trouver son public.

ALFA ROMEO SPIDER 5

La Duetto, version originelle du Spider Alfa, s’ efface toutefois à l’ automne 1969 et laisse alors place au nouveau Spider “Coda Tronca”. Comme l’ indique son surnom, ce dernier se caractérise par sa poupe au dessin redessiné, à pan coupé, qui modifie singulièrement la physionomie du Spider mais qui est un trait de style alors en vogue à l’ époque. Autre modifications par rapport à sa devancière, un pare-brise plus incliné (qui compense une silhouette moins élancée que celle de la duetto) et des pare-chocs plus épais garnis d’ un épais galon en caoutchouc, afin de répondre aux nouvelles réglementations en matière de sécurité. Le Spider connaissant alors un assez beau succès sur le marché américain.

A suivre

Laisser un commentaire

Top