You are here
Home > EVENEMENTS

Le London Motor Show, une reprise intéressante

Disparu depuis 2008, le London Motor Show revient sous une nouvelle forme, grâce à l’impulsion du prince Michael de Kent. Présidé cette année par le présentateur TV (et ancien pilote) Tiff Needell, l’événement ne cache pas ses intentions, mettre en place les bases qui lui permettront à terme de grandir et de venir concurrencer les autres grands salons européens que peuvent être Paris, Francfort ou encore Genève.

IMG_0929

Aiguillonné par ma curiosité, je m’y suis donc rendu sous un beau soleil et des températures plus que douces (comme quoi le cliché du froid et de la pluie…). Et dès le premiers instants, il faut reconnaître qu’on est encore très loin des grands messes continentales, mais comme déjà dit, c’est une première édition. L’exemple le plus flagrant sur ce sujet concerne les exposants, ce ne sont pas les constructeurs qui exposent (sauf quelques exceptions, sur lesquelles nous reviendrons un peu plus loin), mais des concessionnaires ! Du coup, les 140 véhicules exposés semblent un peu juste, mais au vu du public présent le samedi après-midi, il y a fort à parier que les 3 jours d’exposition auront drainé les visiteurs !

Je ne m’étalerai pas sur les véhicules « communs » présents, cependant je me permettrai de faire la liste des constructeurs ayant joué le jeu de cette première édition : Audi, BMW, Fiat, Hyundai, Jeep, Mazda, Mini, Mitsubishi, Nissan, Volkswagen ou encore Volvo. Certes ces voitures ne sont pas inintéressantes, mais le Royaume-Uni a tellement plus à offrir : les constructeurs « exotiques » à mes yeux de français, voire inconnus ou presque.

Et au final, ce sont ces voitures qui attirent les visiteurs, comme les grandes marques attirent les badauds à Paris. Les gens s’amassent autour des Morgan, McLaren, et autres voitures de prestige, dont le Bentley Bentayga ou le Jaguar F-Pace qui, l’un comme l’autre, ont été déservis par les photos (les miennes y compris). Ils se regroupent également devant des marques faisant leur grand retour sur le devant de la scène, comme MG, TVR, ou encore David Brown. Enfin, comment ne pas résister aux sirènes des voitures clairement définies comme des voitures de piste homologuées pour la route ? Les petites Zenos E10 ne m’ont pas laissé indifférent, de même que la Vuhl 05, qui faisait ses débuts en Europe à l’occasion du London Motor Show.

En plus des concessionnaires, il fallait noter la présence du National Motor Museum de Beaulieu, qui présentait la première voiture à dépasser les 150 mph (240 km/h), la magnifique Sunbeam « Blue Bird » 350hp. Autre véhicule de records, présenté par l’Insitute of Motor Industry, la Bloodhound SSC, qui tentera de franchir la barre des 1000 mph (1609 km/h).

Histoire de s’amuser un peu, divers simulateurs étaient disséminés autour des bâtiments du Battersea Evolution, permettant de découvrir les sensations à bord d’une F1, d’une voiture de WRC, ou encore, à bord d’une Bugatti Veyron, conduite par le Stig sur le circuit de Top Gear. Mais la plus grande attraction, par le public qu’elle drainait, était sans nul doute Stop the Crash, qui démontrait l’efficacité du système de freinage automatique de la Volvo V40, pour laquelle il était possible de se glisser à la place d’un conducteur distrait. Le public s’est particulièrement amassé pour assister à la démonstration pleine d’humour et d’exubérance de Tiff Needell.

Le week-end était également ponctué de conférences sur l’avenir de l’industrie automobile et d’interviews de stars du volant telles que Stirling Moss, Nigel Mansell ou encore Ben Collins, qui a œuvré pendant plusieurs années sous le casque du Stig.

Même si cette édition n’était pas exempte de quelques défauts (l’intérieur du bâtiment tapissé de noir du sol au plafond ne mettait pas vraiment en valeur les autos présentées, l’absence de nombreuses marques, peu enclines à tenter l’aventure, etc), elle pose des bases solides qui permettront, à n’en pas douter, de faire du London Motor Show une nouvelle étape incontournable pour les passionnés d’automobile et les professionnels.

5 thoughts on “Le London Motor Show, une reprise intéressante

  1. Sympa ce genre de salon à échelle humaine ! Peut-être plus confortable pour approcher des supercars ou encore découvrir des nouveautés pour un éventuel achat.
    Tout cela me fait penser au petit salon de Lyon qui a réouvert ses portes en septembre 2015 !
    Sympathique article .

    1. En effet, il offre l’avantage de la proximité avec les autos dans lesquelles il était aisé de monter (sauf chez McLaren et TVR). En plus la courtoisie de nos voisin britanniques sur ce genre d’évênement rend le contact on ne peut plus aisé, et vous en verrez bientôt les fruits sur le site !

Laisser un commentaire

Top