You are here
Home > ACTU

La Levante sous le soleil britannique

Après avoir découvert les Jaguar F-Pace et Bentley Bentayga au London Motor Show, c’est au hasard des espaces clubs de Silverstone Classic que je suis tombé sur le nouveau SUV de la marque au trident, caché derrière quelques modèles plus anciens de la marque.

Il fallait le trouver, caché derrière toutes ces belles
Il fallait le trouver, caché derrière toutes ces belles

Qu’en dire ? Le Maserati Levante est un SUV, tout ce qu’il y a de plus classique. Et là ou l’extérieur fait preuve d’une certaine originalité avec sa ligne de pavillon fuyante et la grande calandre que l’on voit déjà sur les Ghibli et Quattroporte, l’intérieur est d’un austère…. mamma mia, heureusement qu’il y a l’horloge ovale pour nous rappeler à bord de quel véhicule nous sommes !

Je ne m’étendrai pas beaucoup plus à son sujet dans cet article « contact », car j’avoue ne l’avoir approché que plutôt brièvement, étant accaparé par toutes les anciennes qui m’entouraient. Et je pense que l’ambiance autour le désservait grandement, car pour être tout à fait honnête il y avait tellement de belles classiques qu’il était difficile d’être attiré par un véhicule moderne, surtout présenté façon concessionnaire, là où les membres de club vous parlaient avec passion de leur bébé !

Un peu de technique :

Le Levante a été développé sur la plateforme étrennée par la Quattroporte en 2012, puis reprise en version raccourcie par la Ghibli en 2013. À 3,0 m, l’empattement est à peine plus long que celui de la Ghibli, mais dépasse de 10 cm celui du Cayenne et de 7 celui du X5. De fait, avec une longueur de 5 mètres, le Levante est plus proche d’un Audi Q7 (5,05 m) que d’un BMW X5 (4,89 m) ou un Porsche Cayenne (4,86 m) mais il ne dispose que de 5 places avec un volume de coffre à 580 litres. Cela dit, la carrosserie du Levante est très aérodynamique avec un Cx de 0,31.

Le V6 Biturbo essence « made in Maranello » fait partie des points forts du Levante S. © MASERATI

Logiquement, le Levante reprend les mécaniques de la Ghibli dont il dérive. Le V6 biturbo essence Pentastar d’origine Chrysler développé et assemblé par Ferrari à Maranello où sont notamment fondues les culasses spécifiques à injection directe, est ici décliné en deux niveaux de puissance, 350 et 430 chevaux, mais seule la version la plus vigoureuse sera proposée en Europe, l’autre ayant été spécifiquement développée pour le marché chinois. Le V6 VM (pour Venezia Motori, propriété du groupe Fiat Chrysler) monoturbo à géométrie variable est reconduit sans modification, avec ses 600 Nm et 275 chevaux, mais aussi ses haut-parleurs installés près des sorties d’échappement pour lui donner une tessiture de V8 en mode sport.

 

Tous ces moteurs sont associés à la même transmission, constituée d’une boîte automatique ZF 8 rapports entraînant directement les roues arrière tandis qu’un embrayage multidisques fourni par Magna se charge de moduler entre 0 et 50 % la proportion de couple dérivée vers l’essieu avant en fonction des circonstances. Le Levante dispose aussi d’un différentiel arrière à glissement limité mécanique et asymétrique, bloquant à 25 % à l’accélération, 35 % en décélération pour stabiliser le comportement lorsque le conducteur lève le pied de l’accélérateur en virage. À la manière du PTM Porsche, ce différentiel est complété par une action sur le frein de la roue arrière intérieure en entrée de courbe pour retarder l’apparition du sous-virage dans ce contexte.

Le Levante se distingue des berlines Maserati dont il dérive par sa suspension à ressorts pneumatiques dont le volume peut être ajusté grâce à un compresseur électrique afin d’ajuster la garde au sol en fonction des circonstances. Si le principe est connu et proposé par la plupart des constructeurs sur ce segment, il est ici utilisé sur une forte amplitude.

En suivant une échelle croissante de vitesse, la garde au sol nominale de 207 mm peut être augmentée de 40 mm pour franchir une difficulté jusqu’à 40 km/h, de 25 mm pour optimiser le confort jusqu’à 90 km/h, ou abaissée de 20 mm en position Sport. Cette réduction, qui sera automatiquement sélectionnée au-dessus de 120 km/h, est en outre abondée de 15 mm supplémentaires au-dessus de 170 km/h. La position parking est la plus basse, 45 mm en dessous de la garde au sol nominale. Enfin, comme la Ghibli et la Quattroporte, le Levante bénéficie en série d’un amortissement piloté, mais il ne dispose ni de barres anti-roulis actives comme les BMW X5 et Porsche Cayenne, ni de roues arrière directrices comme l’Audi Q7.

Texte et photos Pierre Sumy

Laisser un commentaire

Top