You are here
Home > AUTO

ALFA ROMEO SPIDER – DOLCE VITA SAUCE ALFA. Ep1

 

ALFA ROMEO SPIDER 1

La présentation de la berline Giulia sur le célèbre circuit de Monza, en juin 1962, qui succède à la Giulietta, annonce un remaniement profond au sein de la gamme du constructeur milanais. Le coupé Giulietta Sprint et le spider qui en sont dérivés adopteront, provisoirement, l’ appellation Giulia, ainsi que sa mécanique plus puissante, dans l’ attente du lancement des nouveaux modèles. Comme pour la génération précédente, la réalisation de la version coupé est confiée à Bertone et celle du spider à Pininfarina, la berline étant, quant à elle, comme c’ est généralement le cas, l’ oeuvre des designers du bureau d’ études interne d’ Alfa Romeo. Un coupé Giulia Sprint inédit entre ainsi en scène à l’ automne 1963, mais le lancement du nouveau spider, lui, se fait attendre et l’ ancienne monture doit alors jouer les prolongations. La gestation du nouveau cabriolet Alfa est, il est vrai, assez longue puisqu’ elle remonte alors à huit ans déjà. En 1955, Pininfarina dévoile le show car Super Flow au Salon de Turin, établi sur le châssis d’ une 6C 3000 CM. Dessiné par Aldo Brovarone, les lignes de celui-ci évoque, par bien des aspects, le futur Spider, notamment l’ arête centrale évidée courant le long des flancs. (Les volumineux ailerons ainsi que les passages de roue transparents en plexiglas ne seront, eux, évidemment, pas repris sur le modèle de série, ni d’ ailleurs sur aucun autre modèle d’ Alfa Romeo). La Super Flow II, présentée l’ année suivante, de ligne à peine plus sobre, se rapprochant encore un peu plus de celle du futur Spider.

ALFA ROMEO SPIDER 2

Dévoilé au Salon de Genève en mars 1966, le Spider Super Sport adopte le fameux profil en « os de seiche » si caractéristique et reconnaissable entre tous. Un trait de style que l’ on retrouvera également sur un autre prototype, la Giulietta Spider Spéciale Aerodinamica de 1961, un autre prototype qui intègre déjà la plupart des gimmicks qui seront repris sur le modèle de série. Le Spider Alfa sera aussi le dernier projet dans lequel s’ impliquera personnellement Batista Pinin Farina, qui décédera en avril 1966 à l’ âge de 72 ans, assisté par son gendre Renzo Carli et le directeur du style Franco Martinengo. Le fondateur de l’ entreprise de carrosserie portant son nom a d’ ailleurs été à ce point conquis par les esquisses du Spider qu’ il demanda alors qu’ on élabore directement le prototype à partir de ces dessins, sans passer par les fastidieuses étapes de l’ élaboration d’ une ou plusieurs maquettes du futur modèle.

ALFA ROMEO SPIDER 3

La logique, et aussi une certaine tradition, aurait voulue que ce soit la carrozzeria Touring qui soit chargée de la conception et de la réalisation de ce projet. D’ autant que le carrossier milanais, partenaire historique d’ Alfa Romeo (depuis l’ avant-guerre) s’ était déjà occupé de la réalisation d’ un autre cabriolet Alfa, qui avait précédé de quelques années le Spider, la Giulia GTC, présenté à l’ automne 1964. Basé sur le coupé Bertone, cette décapotable (qui apparaît plus élégante avec la capote baissée que lorsque celle-ci est mise en place, mais ce sera aussi le cas du Spider Duetto) souffrira toutefois d’ un manque de rigidité et sera quelque peu boudée par la clientèle traditionnelle de la marque. Ses ventes, déjà assez confidentielles au départ, s’ effondreront d’ ailleurs lorsque le Spider entrera en scène. La carrière du cabriolet GTC prendra fin à l’ automne 1966, avec la fermeture du carrossier Touring, acculé à la faillite, après qu’ environ un millier d’ exemplaires en aient été assemblés.

ALFA ROMEO SPIDER 4

A suivre 

Laisser un commentaire

Top