You are here
Home > ESSAIS

Abarth 595 Pista, taillée pour le sport

 

 

 

Revenons quelques instants sur l’histoire de la marque Transalpine, tout commence en 1908 avec la naissance de Karl Abarth en Autriche, oui vous avez bien lu, il part à Milan entre 1925 et 1927 suivre un apprentissage de mécanique chez Castagna. De retour en Autriche il travaille chez Motor Thun où il remplace un pilote titulaire et entame donc une carrière de pilote moto suite à une brillante victoire surprise. En 1933 il passe au side-car suite à un grave accident. Sa carrière de pilote prendra fin en 1938 suite à un autre accident, toutes ces années il avait lui-même mis au point ses machines, le début d’une légende.

Après la seconde guerre mondiale il part définitivement s’installer en Italie et prend la nationalité, c’est à ce moment-là que Karl devient Carlo. C’est à cette époque qu’il est chargé de mettre au point une Formule 1, la Cristalia 360. Mais l’affaire capote suite à la défection des initiateurs du projet, un certain Ferry Porsche notamment.

C’est alors que Carlo Abarth crée sa propre entreprise en 1949 à Turin avec son ami le pilote Armando Sacliarni, Carlo est du signe astrologique du Scorpion, l’emblème est trouvé.

Les premières années sont consacrées à la préparation de Fiat, Simca et autres Porsche, les équipes Abath créent des accessoires permettant d’améliorer la performance et le plaisir. Jusque en 1971 l’entreprise restera indépendante, se constituant un solide palmarès. Fiat deviendra propriétaire de la marque et en fera sa division sport. En France la marque Abarth signera son grand retour en 2008 avec le succès de la 500. Depuis les ventes progressent nettement avec une belle gamme, dont la toute nouvelle  se nomme 695 Rivale.

 Pour tester et découvrir cette petite bombe transalpine rien de tel qu’un partie de roues en l’air sur les routes alsaciennes.

Le soleil tape fort en ce jour de juin et il sera agréable de s’extirper de la circulation strasbourgeoise avec la 595. Démarrage donc du scorpion et aussitôt la cour des Haras de Strasbourg commence à résonner du grondement des échappements, comment un si petit engin peut faire un bruit si impressionnant ?. Un régal pour les oreilles, on se surprend à chatouiller l’accélérateur au feu rouge pour faire gronder la voiture et le moindre pont ou tunnel devient un véritable exutoire acoustique.

 La 595 Pista qui vient juste d’être présentée reprend les caractéristiques de la gamme 595, son moteur 1,4 T-Jet est poussé à 160 ch, soit 117 ch/litre, elle expédie le 0 à 100 en 7 secondes 3. Pour freiner cette pistarde le freinage est confié à des disques perforés et ventilés de 284×22 à l’avant et 240×11 à l’arrière. Un freinage efficace dans toutes les situations. Pour la suspension c’est Koni qui équipe la voiture avec sa technologie FSD (une valve qui contrôle le flux d’huile dans l’amortisseur). Pour l’échappement on retrouve les 4 sorties Abarth Record Monza. De belles jantes 17 pouces en alliage noir mat « Formula » viennent souligner la ligne, un large choix de coloris permet de personnaliser les boucliers, les coques de rétroviseurs ainsi que les étriers de frein. Une 595 qui vous ressemble en quelques sortes. A l’intérieur au programme sièges sport Abarth en tissu ou cuir, écran TFT 7 pouces qui permet le système de télémétrie Abarth sur piste.

Les premiers kilomètres confirment ce que je savais déjà de la 595, une voiture agile avec son gabarit  de poche, 3 657 mm L x 1 627 mm L x 1 480 mm H, capable de se faufiler dans la circulation en un filet de gaz,  son freinage puissant vient compléter le tableau.  Une fois sur l’autoroute qui nous mène en direction de Schirmeck, je me rends rapidement compte que le voyage est possible avec cette auto, le bruit est contenu et le confort suffisant, les sièges maintiennent parfaitement et l’échappement sait se tenir. Dès les premiers virages du massif vosgien le rythme peut s’accélérer en toute quiétude, le châssis est précis et le moteur  ne demande qu’à se lâcher, plus la route est sinueuse plus l’auto aime bondir d’un virage à un autre, le bruit de l’échappement se fait rageur et résonne sur les parois de grès rose. Ici sur ces routes plutôt étroites entre Donon et Hantz la 595 Pista se montre redoutable et ne rechigne jamais au travail. La position légèrement haute demande un temps d’adaptation mais finalement permet une bonne lecture de la route .

  Pour ma part le contrat est remplie, un bonheur pour les sens. Une voiture aboutie qui ne demande qu’a se mettre au sport, un essai longue durée permettra bientôt de confronter la 595 à une utilisation quotidienne, donc à suivre….

 

 

Laisser un commentaire

Top